Naruto Unleash the Bijuu
Bienvenue sur NUB !

De nombreux personnages disponibles, un staff actif et une communauté soudé. Une intrigue prenante et des nombreuses choses de prévu !

N'hésitez à nous rejoindre ou à poser vos questions !


Forum RP Naruto
 

Partagez | 
 

 Le triste chant de la pluie [Fiction Fukarasu Juichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Akatsuki
Deidara
avatar
Messages : 82
Date d'inscription : 11/12/2013

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
500/500  (500/500)
Rang: Akatsuki 2 Akatsuki 2
MessageSujet: Le triste chant de la pluie [Fiction Fukarasu Juichi]   Sam 27 Déc - 12:06
La pluie tombait dru, martelant l’intégralité du sol du Pays de la Pluie, c’était comme si le ciel libérait sa tristesse pour la transmettre au monde terrestre. Un pays déchiré par la guerre civile qui avait vu l’avènement de Pain. Pain…Un rouage dans le plan, un homme qui allait fonder l’Organisation prévue par Madara. Juichi n’avait pas d’idée précise sur le plan qui avait été fomenté par son maître, Uchiha Madara, il savait juste que ce dernier permettrait d’instaurer une paix durable. Madara était plus que centenaire, il avait vu les guerres des clans, était un ninja sage, à l’ancienne. Qui mieux que ce vieux sage pouvait avoir une vue globale du monde ? Il avait entraîné Juichi, lui avait appris à manier les armes et surtout, à éveiller son Dôjutsu, le Koganegan. Le dernier Fukarasu avait très vite compris au contact du vieil Uchiha que son maître dépassait largement tous ceux qu’il avait eu avant…Tous n’avaient été que des menteurs, des usurpateurs qui se drapaient de leur position de Shinobi afin de commettre l’indicible. C’était le cas de beaucoup de shinobi de Suna, des anciens camarades dont Akako qui s’était corrompue. La campagne d’Ame ouvrait les yeux à Juichi, il avait compris que, sous la supervision de Madara, il pourrait changer le monde, éduquer une humanité qui s’était bercée de douces illusions. L’être humain n’avait ni les capacités, ni la responsabilité pour prendre des décisions qui favoriseraient la paix. Il fallait donc de toute manière croiser le fer. Ame était un terrain expérimental, Madara, Pain et son élève testaient une méthode qui pourrait peut-être un jour être appliquée au monde. Ne disait-on pas que les révolutionnaires d’aujourd’hui seraient les héros de demain ? A vrai dire, l’héroïsme ou toute autre considération romantique de la victoire n’était qu’ego et fierté mal placée aux yeux de l’aristocrate…Le travail devait être fait, c’était un lourd constat. Un travail pénible et peu glorifiant, celui de mettre le Pays de la Pluie au pas. C’était la mission qu’avait confié Madara à son élève, sorte de test final afin de voir s’il était capable. Cette opération avait également pour but de favoriser l’ascension de Pain qui entrerait bien plus tard dans les plans du vieil Uchiha. Une lente mise-en-place d’un stratège à l’esprit particulièrement affûté.

La plaine de Fukima était immense, elle était constitué de très basse végétation sur de la boue dans laquelle ruisselait l’eau de pluie. Le Capitaine Fukarasu se trouvait sur une petite colline qui surplombait la plaine et ceux qui commandaient les troupes adverses se trouvaient quelques centaines de mètres plus loin sur une position similaire. Des centaines de soldats, d’hommes en arme et de ninjas se tenaient dans la pleine. Deux groupes distincts se faisaient face, totalement immobiles. D’un côté, les troupes fidèles à Pain, des hommes tous vêtus de la même manière avec des gilets de combat neufs, des armes et chacun portant le bandeau d’Ame. De l’autre côté, l’équipement était plus disparate, on retrouvait de nombreux nuke-nin, des mercenaires qui avaient prêté allégeance à Hanzô, des paysans armés et entraînés ainsi que des shinobi étrangers qui s’étaient joints à la cause. On disait que ceux qui avaient mis-en-place cette révolte pour empêcher Pain d’accéder au pouvoir et reprendre le village caché d’Ame étaient des hommes de la garde d’élite d’Hanzô à la Salamandre. Ces détails importaient peu à Juichi, ce qu’il savait, c’était qu’il avait brûlé de nombreux villages afin de couper le ravitaillement des insurgés et de les forcer à se rassembler pour une bataille finale. Cette bataille serait la dernière bataille majeure de la guerre civile…Hanzô était mort et si les troupes fidèles à Pain étaient défaites, les insurgés pourraient assiéger Ame et il y aurait de grande probabilités qu’ils réussissent…Mais si les insurgés étaient défaits, il ne demeurerait que de petits groupes isolés qui seraient assez rapidement maîtrisés. Vêtu d’une imposante cape sur son armure légère, Juichi caressait la garde luxueuse de son katana. L’aristocrate contemplait tous ces hommes en rangs, attendant les ordres…C’est alors qu’une voix grave et posée s’éleva derrière lui.

-Tu le ressens toi-aussi…Ce pouvoir. Ce pouvoir de changer les choses, toutes ces vies qui vont être sacrifiées aujourd’hui afin de servir nos intérêts. Nous ne sommes qu’une petite particule dans un tout…Nous servons des idéaux qui nous dépassent.

Derrière Juichi était apparue une silhouette encapée et masquée. Le Sharingan unique de Madara fixait le dernier Fukarasu. Depuis le début de la campagne le véritable maître de cérémonie n’était pas apparu souvent, s’il était là pour une bataille finale c’était probablement qu’il prévoyait de ne pas laisser les ennemis de leur cause gagner. Juichi s’inclina en signe de respect à son maître et répondit à son tour.

-Tout est prêt comme nous l’avions prévu. Les shinobi lanceront une attaque massive Katon au début de l’affrontement puis éventuellement des soutiens Raïton si ceux d’en face répliquent avec du Suiton, les fantassins entreront ensuite au contact. Je dirigerai personnellement des cavaliers par les flancs pour les empêcher de contourner nos lignes.

-Tu as fait du bon travail, Juichi, je ne suis pas déçu de t’avoir confié les rênes de cette opération. Je dois cependant te prévenir d’une chose, tu ne prendras pas part à la bataille…Toi et moi irons nous occuper de ceux qui les commandent…Cette bataille doit être terminée en quelques minutes…Pas de bain de sang aujourd’hui, simplement des gens supplémentaires à notre cause.

Le ton ne laissait pas de place au doute, Juichi savait pertinemment qu’il devrait écouter son maître même s’il ne put masquer sa déception. L’homme masqué reprit, d’une voix tout aussi calme.

-Lorsque j’ai combattu ton ancêtre, Dôsan, les règles étaient autres. Il était un homme de sang noble, nous avons combattu tous deux, afin d’éviter aux autres membres de nos clans de verser du sang inutilement. Eux se cachent derrière leur armée, à nous de mettre fin à cet affrontement inutile.

L’évocation de l’ancêtre et fondateur du clan Fukarasu avait interpelé Juichi qui se rangea immédiatement du côté de Madara. Après tout, il était celui qui donnait les ordres de par sa sagesse et son  expérience. Lui-seul connaissait ses plans et savait quelle attitude adopter. Le dernier Fukarasu donna ses ordres à un homme à cheval venu interroger le Capitaine sur les ordres.

Il ne fut que quelques minutes…Le début des hostilités fut lancé. Dans le camp des fidèles à Pain, une immense gerbe de feu se libéra pour retomber en cloche dans les rangs des insurgés, une ligne de ninjas d’affinité Katon. Pour riposter, les insurgés libérèrent de puissantes techniques Suiton, qui, en entrant en contact avec le feu libérèrent un immense nuage de vapeur…Suivi d’arcs électriques Raïton des troupes de Pain. Après ce premier affrontement à distance, tous les hommes présents des deux côtés entrèrent au contact avec d’importants bruits métalliques.

Sur la colline adverse…

Les guerriers qui avaient menés les insurgés suivaient à l’aide de jumelles le déroulement de la bataille, ils jouaient l’avenir du pays et le savaient. Pour eux, Pain n’était qu’un tyran et ses sbires seraient arrêtés ici et maintenant, dans cette plaine. Les hommes du Capitaine Fukarasu étaient moins nombreux et il y avait de grandes chances qu’ils soient stoppés ici. Ils avaient assassiné et torturé des civils pour avoir des informations sur les insurgés. Le calvaire du Pays de la Pluie devait cesser. Le chef des insurgés avait travaillé dur pour mettre sur pied une armée opérationnelle…Kamimoto Fuyama était un ninja d’élite qui avait été membre de la garde rapprochée de Hanzô, son imposante armure et sa quarantaine avancée en donnaient l’image d’un homme sage. Se lissant l’imposante moustache qui ornait le haut de ses lèvres et retombait jusqu’au niveau de son menton, il se tourna vers ses officiers, d’autres gardes d’élite qui protégeaient Hanzô. Un des hommes leur avait apporté une nouvelle plutôt encourageante, les troupes loyales à Pain avaient subis des pertes, l’issue de la bataille semblait incertaine.

Ce fut soudain et inattendu…C’est ce qui les sortit immédiatement de leurs pensées. Un tourbillon dimensionnel qui fit apparaître devant eux le Capitaine Fukarasu et un homme masqué. Le chef des insurgés se contenta de froncer les sourcils, portant la main sur la garde de son katana. Ce fut Juichi qui parla en premier, goguenard.

-Bonsoir Messieurs, vos hommes se battent férocement…Qu’en est-il de leurs officiers ?


Un des hommes de main de Fuyama semblait bouillir, il avait sorti sa lame et du chakra Raïton infusait le long de l’arme…Le halo électrique semblait s’intensifier avec la colère de l’homme.

-Ordure ! Je vais me faire un plaisir de t’étriper personnellement.


Fuyama leva la main en signe d’apaisement. Le vieil officier de la garde d’Hanzô ne semblait pas surpris. En réalité, son visage n’avait pas cillé et il fixait intensément l’homme masqué. La surprise n’était pas au rendez-vous, pas plus que la colère. Les hommes comme Fuyama étaient des shinobi d’ancienne génération qui privilégiaient l’honneur et la tactique, un homme d’une intelligence probablement bien plus fine que tous ceux qui l’entouraient. La voix du véritable chef de cette assemblée retentit alors, calme, posée, presqu’autant que celle de Madara.

-C’est donc toi le marionnettiste qui se cache derrière tout cela. Le Capitaine Fukarasu n’est qu’un homme de main, quant à Pain, je me suis toujours demandé comment il faisait transiter ses ordres en résidant à Ame. Tu es donc le véritable Maître de Cérémonie de ce qui se passe au Pays de la Pluie. Nous n’avons plus le choix, c’est toi qu’il va falloir défaire aujourd’hui…Je n’en attendais pas moins d’une telle bataille, j’espérais que celui qui est derrière le désordre politique d’Ame se manifeste ce soir pour observer la touche finale de pinceau à cette morne toile. Avant de commencer, puis-je savoir à qui j’ai affaire ?


Madara se contenta de redresser son masque…Maintenant Fuyama pouvait la voir, la pupille de la Haine, rouge et ornée des trois motifs caractéristiques. Le vétéran laissa apparaître un petit sourire sur son visage, c’était donc cela…Un Uchiha. Jusqu’où avait-il compris ce qui se passait dans le Pays. Il était difficile de le dire, mais Juichi quant à lui se trouvait maintenant un peu en retrait, observant ce qu’allait faire son maître. L’homme masqué semblait jauger la situation, comme s’il tentait de lire en le chakra de Fuyama, ou en son âme. C’était probablement ce qu’il était en train de faire, le Sharingan possédait l’étrange capacité de lire dans les mouvements et le chakra d’un adversaire. Jusqu’où allait ce pouvoir ? Ne disait-on pas que les Dôjutsu de ce type étaient des armes ninjas dont le pouvoir était lié à celui de l’utilisateur. Un utilisateur expérimenté de Shuriken pouvait faire des merveilles…Qu’en était-il de l’utilisation du Sharingan par un grand maître tel que Uchiha Madara, considéré comme une légende au sein de son propre clan ? Juichi l’avait toujours considéré comme une sorte de sage dont le ninjutsu ou tout autre art ninja n’étaient qu’un simple accessoire de pouvoir, les hommes comme Madara avaient des idéaux et poursuivaient des buts que le commun des êtres humains ne pouvait pas comprendre. Fuyama était un officier brillant, un tacticien extrêmement habile qui avait réussi à lever une armée de paysans et à les entraîner mais tout cela faisait partie du plan initial de Madara, l’homme masqué avait déjà décrit le déroulement chronologique des évènements à Juichi bien avant que les affrontements ne commencent. Fuyama comprenait-il seulement que les personnages du Capitaine Fukarasu et de Pain avaient été totalement créés par Madara et chacune des deux marionnettes n’était qu’un avatar qui masquait son identité réelle ? Deux pièces d’un puzzle complexe fomenté par un homme dont le génie dépassait les générations…Deux pièces qui ignoraient tout l’une de l’autre. Juichi n’avait jamais été un officier de profession, il avait été propulsé chef d’une milice dans un but précis, à un instant précis, réagissant comme on le lui avait demandé…En vrai ninja, il était l’arme d’une cause. Cette cause avait un but simple…La paix durable dans le monde shinobi…Mais comme Madara l’avait énoncé, la paix ne peut émerger de la paix…L’être humain n’est pas suffisamment raisonnable pour réguler ses pulsions meurtrières. Ainsi pour que la plante fleurisse à nouveau, il faut un terreau riche…La fertilisation d’un sol depuis trop longtemps stérile par les cendres obtenues après avoir brûlé l’ancien système. Cet idéal nécessitait des sacrifices, ce que faisaient Madara et Juichi à l’instant présent était l’un de ces sacrifices, ils propageaient une guerre bien ciblée dans le Pays de la Pluie, mettant à la tête du village d’Ame Pain qui gouvernerait ce petit pays central et deviendrait le berceau du renouveau…Une Aube nouvelle irisée par les rayons de la Lune Rouge.

-Tu es un homme intelligent, Fuyama. Je t’observe depuis le début de cette guerre, je comprends aujourd’hui pourquoi le vieux Hanzô t’avait choisi pour assurer sa sécurité, tu ne laisses rien au hasard. Mon nom n’a pas d’importance, mais puisque tu y tiens tant, je vais te donner mon identité. Tu peux m’appeler Uchiha Madara…Mais comme je te l’ai dit précédemment, un autre nom me siérait tout autant, puisque de toute manière…Toi et les tiens, vous allez mourir !

Alors qu’il terminait sa phrase, Madara fixa tour-à-tour les cinq gardes d’élite qui entouraient Fuyama, tous sortirent leur katana et un impressionnant chakra Raïton anima chaque lame. C’était ainsi que Hanzô choisissait ses hommes, il voulait une coordination parfaite. Les cinq gardes étaient en position de combat. L’homme masqué se tourna vers Juichi, il lui fit un signe…D’un mouvement de la tête, l’aristocrate lui fit signe qu’il avait compris. Les cinq hommes possédaient une affinité Raïton, ce serait donc Madara qui les affronterait. Quant à Fuyama, il avait aussi sorti une lame, cette dernière était rutilante mais aucun chakra ne s’en  échappait.

La pluie tombait toujours drue sur les capes des hommes qui s’observaient en chien de faïence. Tout se déclencha très vite, Madara activa sa technique spatio-temporelle, laissant un puissant vortex aspirer Juichi à la surprise de tous les adversaires. Alors que les gardes d’élite accouraient vers Madara, ce dernier disparut dans le sol, comme s’il avait la capacité de se dématérialiser.

-Trop lents ! Tu es le prochain, Fuyama !


Madara avait déjà pu apparaître derrière Fuyama, profitant du fait que les gardes s’étaient éloignés de lui. L’homme fut aspiré de la même manière que Juichi.

Dimension de Madara,


Fuyama avait été aspiré rapidement. L’homme tomba sur un sol froid et lisse, il avait été aspiré avec son katana. Le shinobi ne comprenait pas…Il était confus, tout s’était passé si vite. Uchiha Madara, bien sûr qu'il en avait entendu parler, cet homme était au panthéon des shinobi légendaires. Plus qu’une légende, il avait fondé le monde ninja moderne. Le seul problème était que Madara était censé être mort. Etait-ce un Uchiha se faisant passer pour son aïeul ? Plus que probable, mais ce dernier possédait alors d’importantes capacités que Fuyama n’avait jamais vu. L’endroit dans lequel il se trouvait était moyennement éclaire, quelques reliefs extrêmement géométriques étaient visibles et pourtant, une couleur sombre et homogène. Etait-ce une technique d’invocation inversée ? Avait-il traversé une faille spatio-temporelle comme le font les invocations ? Tant de questions qui animaient Fuyama pour mieux comprendre où il se trouvait. La réponse vint d’elle-même d’une voix goguenarde et moqueuse.

-Ne t’en fais pas, nous sommes juste un peu plus tranquilles ici. Cet endroit est régit par les mêmes règles que le monde que toi et moi connaissons…Nous serons juste un peu plus tranquilles. Je serai ton adversaire. Tu as eu raison sur un point, je ne suis pas celui que je prétends être, il en va de même pour Pain. Tout cela n’est qu’une manœuvre de Madara-senseï qui combat en ce moment-même tes hommes. Cette bataille, ton combat contre moi, l’ascension de Pain et la Grande Guerre Ninja qui ravagera bientôt le monde Shinobi, tout cela a été prévu par mon Maître et sera mis à exécution quoi que tu fasses.


Fuyama se releva saisissant son sabre. Son visage était beaucoup moins stoïque, on voyait un soupçon de colère, une veine était apparente sur son front rougis par le sentiment de trahison. L’homme s’était mis en garde.

-Vos tours de passe-passe me fatiguent. Qui que vous soyez, quels que soient vos plans, vous avez tué assez d’innocents dans votre folie. Ça fait un moment que je rêve de ce moment officier…ou devrais-je dire…CRIMINEL Fukarasu. Je vais te tuer ici et maintenant !

Le shinobi s’élança au contact de Juichi, ses mouvements étaient amples, souples et techniques. Effectuant un demi-arc de cercle, il tenta de trancher l’aristocrate en un coup. Juichi banda ses muscles et évita la lame en reculant son buste, le sourire toujours aux lèvres. Les lames s’entrecroisèrent. Les deux hommes croisaient le fer, le métal de leurs lames entrant en contact régulièrement au rythme de leurs pas. Des lames froides et lisses…Pourtant si différentes, deux mondes s’affrontaient. Le dernier Fukarasu semblait amusé. Les deux lames se trouvèrent alors en contact, les visages des deux guerriers presque en contact.

-Oui…De la colère, c’est cela que je veux voir. Te rends-tu compte à quel point ce monde est faux ? Te rends-tu compte à quel point tu as voué ta vie à des idéaux illusoires ? Tu mourras quoi qu’il arrive !

D’un mouvement brutal et expert, Fuyama asséna un violent coup de genou dans le ventre de Juichi dont l’armure atténua la plupart de la puissance, terminant son mouvement par un coup de coude tout aussi puissant au niveau de la mâchoire. Le Capitaine Fukarasu fut projeté contre un pilonne de section carrée. Un épais ruisseau de sang coulait de sa lèvre. Du revers de la manche, l’homme essuya le fluide carmin et se mit à ricaner.

-Ca y est, tu commences enfin à me malmener. Je n’attendais pas moins de ta part, toi, Fuyama, l’homme rationnel qui mène ses troupes fièrement au combat…Comment te comportes-tu maintenant que tu es éloigné de ce parangon d’illusion qu’est ce que tu appelles réalité, justice et bonté ? Ici, là-bas…Tu sais, tout ça peut changer comme tu veux ? Préfères-tu cela
? Alors que les Koganegan de Juichi s’étaient activés, et le décor changea tout à coup pour une forêt. Peut-être que tu préfères la mer ? Le décor devint alors une plage ornée de cocotiers. Personnellement, je pense qu’il faut plutôt te rafraîchir les idées ! Le décor devint alors une immense étendue enneigée.

Fuyama se mit à trembler, il ressentait le froid. L’homme semblait complètement perdu. Que s’était-il passé ? Qui était réellement ce Capitaine Fukarasu et son maître, Madara ?

-Je te l’ai déjà dit, Fuyama, les choses ne sont en général pas ce qu’elles semblent être. En nous résistant, tu as fait le choix de fixer le monstre qui dormait dans l’abîme, mais aujourd’hui le monstre te regarde aussi. Toi…Moi…Qu’importe qui mourra aujourd’hui, si tu me tues, je serai remplacé, cela a été prévu dans les modalités du plan de Madara-sensei…Mais dans tous les cas, il y a une chose qui aura lieu quoi qu’il arrive…

Alors qu’il parlait encore, Fuyama s’était rué sur lui et lui avait tranché la tête, d’un mouvement propre et tout aussi technique.

-Ferme-la espèce de malade ! Tu es nocif et toxique !

-…Ta mort…

Juichi avait fini sa phrase, mais sa voix avait changé de localisation. L’homme au catogan avait murmuré à l’oreille de Fuyama. Le corps du dernier Furakasu décapité s’était transformé en amas d’algues et de coquillages. Le visage de Fuyama s’était figé en une expression de surprise, il toussa légèrement, expulsant du sang de sa bouche. La lame de Juichi lui avait traversé l’abdomen, le poignardant par derrière. Du Genjutsu, voilà ce qu’avait utilisé l’officier tout en prétendant un combat loyal. Le chef de la milice des insurgés n’y avait vu que du feu. La voix de Juichi continua, monotone, légère, telle un chuchotement à l’oreille de son ennemi.

-…Je sais ce que tu te dis, si tu penses que je n’ai pas combattu loyalement, tu as raison…Je n’ai aucune parole ni aucun honneur, mon unique but est de servir mon maître. Le travail devait être fait et j’ai gagné ce combat depuis l’instant où nos regards se sont croisés. La bataille est gagnée et le Pays de la Pluie est entre nos mains dès lors…Pain sonnera l’avènement d’un nouveau Dieu, un Dieu cruel et intransigeant qui poussera ce monde vers la Paix.


Le déserteur de Suna retira alors la lame du corps de Fuyama qui tomba sur le sol avec un bruit mat, pris de quelques convulsions avant de retomber inanimé. D’un mouvement souple, Juichi essuya le sang de sa lame sur les vêtements du chef insurgé, désactivant ses Koganegan alors que la neige disparaissait. Tout cela n’avait été qu’artifice, un artifice tout à fait crédible, un artifice qui avait sonné le glas de la guerre du Pays de la Pluie. Pain tenait Ame depuis plusieurs mois, mais certains étaient restés loyaux à Hanzô et ici et maintenant, cela se terminait. Madara devait avoir fini avec les cinq gardes d’élite. Les chefs étaient morts, comme cela avait été prévu et maintenant, un messager irait annoncer dans la plaine qu’il ne restait que deux alternatives pour les insurgés restants…se rendre et rejoindre Pain…Ou mourir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akatsuki
Akasuna no Sasori
avatar
Messages : 512
Date d'inscription : 28/06/2013
Age : 24

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
500/500  (500/500)
Rang: Akatsuki 2 Akatsuki 2
MessageSujet: Re: Le triste chant de la pluie [Fiction Fukarasu Juichi]   Dim 28 Déc - 18:00
Citation :
Niveau rp : Excellent
Orthographe : Excellent
Effort : Très bon (245 lignes)

Une très bonne fic. Très agréable à lire, un style très fluide, du bon boulot. On est rapidement pris pas l'ambiance de la guerre et le plan de Madara. Par la folie de Juichi et son fanatisme envers celui qu'il pense être Madara. Je serais curieux de voir sa réaction le jour où il découvrira qu'il s'agit en fait d'un gamin plus jeune que lui qui l'a manipulé de bout à l'autre. Petit truc qui m'a fait tilt, la présence de cavalerie, c'est pas exploité dans le manga en lui même et je ne trouve pas forcément que ça a sa place dans l'univers également, mais c'est pas gênant et ça apporte une touche d'exotisme si je puis dire et de réalisme à la bataille. Ce n'est qu'un petit, ça n'influence en rien la notation final. Tu t'en sors donc avec 300 points RPG, le maximum donc, avec le coeff de qualité de 1. Bravo à toi donc pour ce texte Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le triste chant de la pluie [Fiction Fukarasu Juichi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Débat N°2 : Le plus grand méchant ?
» Quel triste paysage pour une nuit sans étoiles ...
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Unleash the Bijuu :: "°o.O La Taverne O.o°" :: Divers :: Les Arts :: Fan fics-