Naruto Unleash the Bijuu
Bienvenue sur NUB !

De nombreux personnages disponibles, un staff actif et une communauté soudé. Une intrigue prenante et des nombreuses choses de prévu !

N'hésitez à nous rejoindre ou à poser vos questions !


Forum RP Naruto
 

Partagez | 
 

 [Kumo] Kaosuhewa Mulan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kaosuhewa Mulan
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 01/07/2013
Age : 77
Localisation : En route pour le Pays du Fer

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
500/500  (500/500)
Rang: Jounin Jounin
MessageSujet: [Kumo] Kaosuhewa Mulan   Jeu 4 Juil - 10:08


¤ Kaosuhewa Mulan ¤



Nom : Kaosuhewa
Prénom : Mulan
Surnom :
- Mumu (pour ses proches)
- La marmotte (pour ceux qui la connaissent au village et ses proches aussi)
- L'Anonyme (pour les rares personnes qui ont entendu parler d'elle en dehors du village)
Âge : 34 ans (née un 07 mars)
Sexe : Féminin
Village : Kumo




¤ Sa description physique ¤



Mulan Kaosuhewa est une femme qui mesure un mètre soixante-cinq pour soixante kilos et qui semble avoir entre vingt-cinq et trente ans. Avant de commencer à vous décrire ses traits, je vais vous décrire sa façon de s’habiller, car c’est sûrement ce qui frappe le plus quand on la voit. Mulan porte une tenue très légère lorsque le temps est chaud, tempéré ou frais : un cache-cœur et, pour les jambes, un habit très étrange. De devant, on dirait une culotte ou un bas de maillot de bain – selon les points de vue – avec un bas, fait dans la même texture qu’un pantalon, qui couvre même ses pieds chaussés de sandales noires. En réalité, les deux vêtements sont rattachés l’un à l’autre derrière les cuisses par une lanière en cuir entourée de tissu. Une cape est attachée au haut et derrière de cet étrange pantalon. Mumu porte aussi des gants qui montent presque jusqu'à ses épaules. Ils couvrent des bras sans tatouages ni cicatrices, et des mains aux ongles coupés courts. En hiver ou quand il fait vraiment froid, la ninja porte un kimono léger – comme une personne normale porterait quand il fait frais – et une cape aux bords en laine. Ses vêtements sont toujours dans les tons bleus plus ou moins sombres, parfois noirs.

En revanche, ce qui ne change pas d’une température à une autre, c’est ce que Mulan met sur sa tête : une capuche large qui cache sa coiffure tout en mettant de l’ombre sur son visage, et un voile qui cache tout le bas de son visage. Les deux combinés (l'ombre de la capuche et le voile) dissimulent involontairement son bandeau de ninja qu'elle porte en collier. Ce visage caché et mystérieux, dont seuls des yeux bleus turquoises au regard dur – ou endormi, tout dépend de l’heure – et quelques mèches blondes sont visibles, est très mystérieux. De sous ce voile, une voix grave mais féminine qui parle sans tact et sans douceur. La voix et les attitudes un peu garçon manqué de la femme choquent parfois : ça ne va pas vraiment avec sa façon de s’habiller. Beaucoup de personnes ne comprennent d’ailleurs pas les habitudes vestimentaires de Mulan : elle cache son visage mais pas son corps. C’est à se demander si ses parents n’ont pas oublié de lui enseigner la différence entre la tête et le corps. Et beaucoup se demandent aussi… mais à quoi ressemble vraiment le visage de Mulan ? Je vais vous le dire… mais c’est un secret, alors chut !

Commençons par ses cheveux : blonds et courts, ils ne descendent pas plus loin que le bas de sa mâchoire. Ils sont coupés au carré, ce qui est une coupe simple mais qui lui va bien… à condition que Madame soit peignée – eh oui, quand on porte une capuche qui cache sa coupe de cheveux vingt-quatre heures sur vingt-quatre, pourquoi se peigner ? Cela mis à part, Mulan a un visage rond, un petit nez et une petite bouche aux lèvres étroites. La peau de son visage est assez pâle, sans doute parce qu’elle ne voit que rarement le soleil. En fait, son visage est assez banal, ni beau ni moche, et ne mérite pas d’être caché de la sorte. C’est à se demander pourquoi elle tient autant à le cacher. Eh bien, il y a deux raisons : de un, la blonde se pense aussi laide qu’un Quasimodo, et de deux elle porte un tatouage sur la joue gauche. Ce tatouage, qui représente deux cornes de taureau, est identique à celui de Killer Bee et se trouve à peu près au même endroit sur sa joue, à peine plus bas pour passer totalement inaperçu sous son voile. Si jamais ce dernier découvrait son tatouage, la femme n’oserait plus se montrer. Pourquoi ? Ça, vous le découvrirez en temps et en heure. Dans la description mentale, notamment.

Donc, vous l’aurez compris, Mulan est à la fois assez provocante et mystérieuse dans sa façon de s’habiller. Fort heureusement, elle n’est ni grosse ni anorexique, sinon ce serait un véritable cauchemar ambulant. Elle est dans la moyenne, et dotée d’une musculature fine et toute féminine. La ninja blonde a aussi de nombreux tatouages tribaux sur tout le corps qui semblent vouloir remplacer les vêtements inexistants. Sa peau est blanche mais pas pâle. Cependant, Mumu n’est pas bronzée non plus et il est facile d’imaginer qu’en été elle devient rapidement rouge écrevisse. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle la blonde ne quitte pas les ombres ni les endroits frais quand le soleil tape dur. La deuxième raison, c’est que notre dénudée ne supporte tout simplement pas la chaleur. Pour elle, trente degrés c’est la canicule. Imaginez un peu qu’on lui demande d’aller à Suna… elle y mourrait de chaud en quelques instants. Si vous souhaitez la tuer, vous savez maintenant comment vous y prendre ! Autre petit détail : Mulan peut dormir les yeux ouverts, ce qui est très trompeur. Si jamais vous lui parlez et qu'elle ne réagit pas, ne cherchez pas... c'est qu'elle dort.

Niveau accessoires, Mumu a un porte-monnaie en forme de fantôme – donc ne vous étonnez pas si elle se plaint que son fantôme est vide – et de légères protections en métal sur les avant-bras et sur les jambes, sous ses vêtements. Ils lui servent parfois de bouclier, même s’ils sont beaucoup moins résistants qu’un vrai bouclier, mais aussi et surtout à améliorer sa vitesse. Mais ça, vous verrez plus tard. Le plus important, c’est que Mulan a une abeille tueuse affectueusement nommée "Bébeille". Contrairement aux apparences, ce n’est pas une véritable abeille mais elle est tellement petite – comme une abeille tueuse – que seuls les autres insectes et les professionnels en abeille se rendent compte qu’il y a quelque chose qui cloche. En effet, cette petite bestiole qui passe son temps auprès de la ninja n’est autre qu’une marionnette en métal possédant une petite caméra dans ce qui lui sert de tête. Ce qui lui sert d’abdomen, de corps et de dard n’est autre qu’une seringue miniature. Ses ailes sont en fait un petit tourniquet qui s’affole au moins coup d’air, ce qui donne l’illusion d’ailes en actions. Ses pattes, en revanche, sont de parfaites copies de pattes d’abeilles.
Son porte-monnaie :
 


¤ Dans sa tête ¤



Commençons par le commencement : les défauts et les qualités de Kaosuhewa Mulan. Avant tout, et ce qui est le plus évident chez elle car son plus gros défaut... la paresse. Ce défaut a été développé à un tel point que la ninja préfère les missions de rang A ou B, qu'elle fuit les combats comme la peste – sauf quand c'est facile – et qu'elle passe beaucoup de temps à dormir (son activité préférée). Son deuxième gros défaut porte plusieurs noms : manque de confiance en soi et pessimisme. Ce deuxième défaut est aussi la deuxième raison majeure pour laquelle la blonde évite les combats. Elle s'imagine toujours le pire des scénarios, prend peur et fuit. En plus de se sous-estimer, Mumu a tendance à beaucoup surestimer ses adversaires. Se rajoute à ça une imagination débordante qui lui fait imaginer des scénarios souvent aussi irréalistes que les pouvoirs des membres de l'Akatsuki, voire même plus. Eh oui, c'est sans doute la seule femme au monde à pouvoir surestimer les membres de l'Akatsuki.

Mulan est aussi une mauvaise perdante dotée d'une fierté mal placée. Elle n'aime pas perdre – la tête, un jeu, un combat, une joute verbale, etc. – et se sent humiliée quand ça lui arrive. Horreur de l'échec, manque de confiance en soi et paresse... voilà de terribles défauts pour un ninja. Quoi que, sa paresse a des remèdes : quand il s'agit d'espionner – surtout les, enfin, un homme – et de soutirer de l'argent, là elle est très motivée ! Ce défaut peut devenir une qualité lors des missions d'espionnages ou d'assassinat. Mulan aime beaucoup l'argent sans pour autant être capable de vendre ceux à qui elle tient pour en obtenir. Non, bien qu’honnête et mauvaise menteuse, elle préfère vider les poches de ceux qu'elle tue, tricher aux jeux de cartes et faire beaucoup de mission.

La blonde est aussi assez perverse. Ses amis ne comptent plus le nombre de fois qu'ils ont dû l'empêcher d'espionner Killer Bee quand il va aux bains – cependant, ils l'auraient sans doute laissé faire si le raikage n'était pas son grand frère. À part tout ça, la ninja n'a aucun tact. Ne lui demandez jamais de vous réconforter, elle ne ferait qu'empirer la situation. C'est aussi un ventre à patte incorrigible et réglé comme une horloge : elle a faim à heure fixe, et si elle n'a toujours pas mangé une demi-heure après l'heure à laquelle elle a commencé à avoir faim (huit heures du matin, midi et sept heures du soir) vous pouvez être sûr que son humeur va aller en se dégradant... et c'est pire le matin, car Mulan est toujours très mal réveillée, à part de très rares fois (deux fois par an grand maximum).

C'était une sacrée liste de défauts, hein ? Bon, passons à ses qualités maintenant ! En espérant que la liste ne sera pas moins longue. De certains défauts découlent parfois des qualités. Notamment, Mulan est une ninja très obéissante – même s'il ne faut pas lui demander l'impossible non plus – et très calme, ce qui en fait un membre agréable en équipe... si on passe les moments où elle est à deux à l'heure car à moitié endormie ou en train de râler et de se prendre les meubles parce qu'elle est mal réveillée. À part ça, Mumu a aussi un grand sang-froid et ne se met en colère rarement – dans "rarement" son petit frère n'est pas pris en compte, c'est une exception. La ninja blonde est aussi créative et honnête. Cependant, il peut lui arriver de mentir pour protéger un secret, protéger quelqu'un, se venger ou pour l'argent. Dans ces cas-là, si elle ne s'est pas bien préparée à l'avance, sa gêne trahit son mensonge. En plus, si jamais la femme arrive à faire gober son mensonge, elle éprouve souvent de la culpabilité après. Aussi, ses mensonges ne durent pas très longtemps, sauf s'ils sont importants pour elle – comme cacher qu'elle est amoureuse de Killer Bee ou pour éviter de mourir, etc. Hmm ? Quoi ? Amoureuse ? Mais non, je n'ai jamais écrit ça, vous rêvez !

Bon, d'accord, j'avoue, Mulan est amoureuse de Killer Bee. Depuis très longtemps d'ailleurs, et son secret a été percé par nombre de ses proches. Killer Bee ne semble pas au courant, même si le Raikage doit se douter de quelque chose – en même temps, après avoir été surprise plus d'une dizaine de fois en un an. La femme aimerait beaucoup se rapprocher du jinchuriki mais toutes les idées qui lui viennent à l'esprit lui paraissent mauvaises. Elle n'ose pas à cause de son manque de confiance en elle : la blonde a peur que Killer Bee la méprise ou la déteste et de se retrouver avec le cœur brisé, ce qu'elle prendrait pour un échec et ça lui serait insupportable. Ce qui lui serait aussi insupportable c'est que son frère, qui a tout de même dix ans de moins qu'elle, la surpasse en puissance et en grade. C'est sans doute la seule chose qui motive notre ninja à progresser et à devenir plus puissante qui a pourtant stagné au rang de chuunin pendant une dizaine d'années avant de monter en grade à la vitesse de l'éclair. On peut donc considérer qu'approcher Killer Bee et ne pas se faire battre par son petit frère sont les buts de Mulan. Elle a un autre but, mais qui concerne son pouvoir et que vous découvrirez en temps et en heure.

Et si maintenant, nous parlions de ses peurs et de ce qu'elle n'aime pas ? Bon, pour ses peurs, ce n'est pas compliqué : un peu tout, mais ce qui ressort le plus c'est la peur de perdre quelqu'un qu'elle aime et de souffrir. Mais bon, ce dernier point vous avez dû le deviné depuis un petit bout de temps. Ensuite, ce que Mulan n'aime pas : en tête, nous avons la chaleur ! Ça lui coupe l'appétit, ça la vide de ses forces, ça la transforme en poireau en train de fondre. C'est l'horreur ! En deuxième et troisième position : la souffrance et le sentiment d'humiliation, qui vont souvent de pair d'ailleurs. Ayant raté le podium, les voyages, les missions difficiles et les combats sont aussi des choses que la blonde n'aime pas, même si elle peut les faire – à reculons – contrairement aux trois premiers. Ceux-là, ils n'ont pas intérêt à lui arriver. Ensuite, passons  ce que madame n'aime pas et peut-être aussi les seules choses qui peuvent la mettre en colère. Tout d'abord, qu'on fasse du mal ou qu'on dise du mal à une personne qui lui est chère. Ces personnes ne sont pas nombreuses, mais gare à vous. Ensuite, elle déteste qu'on lui crie dessus. Ça l'énerve énormément, mais elle ne montrera pas sa colère si elle pense que ça ne va qu'aggraver la situation.

Sujet plus joyeux et moins prise de tête – quoi que – : ce qu'elle aime. Mulan aime dormir, manger, jouer – oui, oui, jouer ! – enfin, bref, la panoplie du gros fainéant ! La blonde aime aussi beaucoup le froid, sans doute parce qu'elle supporte mieux le froid que la majorité des gens. Elle aime aussi, en bonne perverse, le paradis de la drague. Certes, ce livre est plus destiné à un public masculin, mais ça ne fait rien. La ninja adore aussi l'argent et est prête à mettre de côté certains de ses principes pour en obtenir ou en garder – l'honnêteté par exemple – même si elle ne vendrait pas ceux à qui elle tient ni son village pour des billets. Mumu apprécie aussi l'ivresse de la vitesse, elle s'est donc beaucoup entraînée pour augmenter sa rapidité de déplacement. Pour finir la liste de ce qu'elle aime, je vous dirais simplement que Mulan aime vraiment beaucoup se faire passer pour plus méchante et plus forte qu'elle ne l'est, juste pour faire peur. Malheureusement, ça se retourne souvent contre elle.

Je suis désolée, cher correcteur, mais vous allez devoir subir un autre paragraphe de description mentale ! Eh oui, c'est tout ce qui n'entre pas dans les catégories "qualités", "défauts", "aime", "n'aime pas", "buts" et "peurs". Allez, courage, après c'est fini, il ne restera plus que l'histoire et le test RP. Oh, elle était méchante ma phrase ironique ! Mulan aussi pratique l'ironie et le sarcasme, sans s'en rendre compte même. C'est sans doute l'une des raisons pour laquelle elle n'arrive pas à consoler ou rassurer. En plus, la blonde est pince-sans-rire, c'est à dire qu'elle fait de l'humour ou de l'ironie en ayant l'air tellement sérieuse qu'on peut penser que c'est ni de l'ironie, ni de l'humour. Certains le prennent très mal alors qu'elle ne fait que les taquiner. Mumu est aussi une femme rêveuse, dotée d'une imagination débordante comme je l'ai dit plus haut. C'est sans doute grâce à ça qu'elle dessine et danse bien. Personne ne lui a jamais appris, elle fait à l'instinct. Cependant, n'allez pas vous faire des films, ses performances restent totalement dans la norme humaine : ce n'est pas une artiste professionnelle mais une ninja !


Dernière édition par Kaosuhewa Mulan le Jeu 4 Juil - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-anthesis.forumh.net/
Kaosuhewa Mulan
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 01/07/2013
Age : 77
Localisation : En route pour le Pays du Fer

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
500/500  (500/500)
Rang: Jounin Jounin
MessageSujet: Re: [Kumo] Kaosuhewa Mulan   Jeu 4 Juil - 10:10


¤ Kaosuhewa Mulan ¤



Nom : Kaosuhewa
Prénom : Mulan
Surnom :
- Mumu (pour ses proches)
- La marmotte (pour ceux qui la connaissent au village et ses proches aussi)
- L'Anonyme (pour les rares personnes qui ont entendu parler d'elle en dehors du village)
Âge : 34 ans (née un 07 mars)
Sexe : Féminin
Village : Kumo





¤ Son histoire ¤

Kaosuhewa Jiba :
 


Introduction : Paresse-girl vs énergie-man



- MULAN !

Grommelant, une femme au visage plus couvert que le corps ouvrit un œil bleu turquoise au regard agacé. Qu’est-ce qu’il lui voulait, encore ? Aujourd’hui, son petit frère avait eu la "bonne idée" de venir la voir chez elle avec sa femme et sa petite fille. La petite famille avait été accueillie par une ninja au regard ensommeillé et un bazar monstre. Agacée qu’on vienne la réveiller pour si peu, Mulan était repartit dormir dans son canapé. Après avoir évacué sa femme et sa fille, son frère était bien entendu revenu pour lui faire un peu bouger son popotin. Le jeune homme s’approcha, tenant du bout des doigts une culotte sale qui, à l’évidence, avait été oublié dans un coin de la maison depuis un petit bout de temps.

- Je peux comprendre que tu sois une grosse flemmarde… Mais là il faut vraiment le faire ! Cette culotte est sans doute la culotte la plus propre que j’ai trouvé chez toi ! C’est quoi ce bazar ?! Tu déprimes ou quoi ?! Aller, debout grosse limace ! Va ranger tout ton bazar ! Et que ça saute !

La femme regarda son petit frère avec une paresse monstre dans le regard. Elle hésita longuement entre plusieurs réaction, avoir de choisir la plus comique.

- D’accord… fit-elle d’un ton à moitié endormi.

Sur ce, elle se leva. Son frère hocha la tête, content de sa décision… avant de déchanter : la voilà qui commençait à sauter au lieu de marcher. Le pire c’était son regard : pas du tout adapté à ce qu’elle était en train de faire, il était on ne peut plus sérieux. L’homme sentit une colère sans nom l’envahir. Il lui balança sa culotte à la figure et commença à lui crier dessus. Mulan esquiva de justesse le missile puant et se mit elle aussi à crier pour défendre sa cause. L’un traitait sa sœur d’incapable et de fainéante, l’autre argumentait qu’elle était chez elle, adulte et qu’elle était son supérieur hiérarchique. La dispute failli dégénérer en bataille de linge sale mais la belle-sœur de la blonde vint réclamer son mari. La ninja regarda le couple partir en foudroyant son frère du regard et en le menaçant d’une cuillère sale. La porte se referma en claquant et Mulan s’affaissa sur son canapé avec un gros soupir. Avec toute la flemme du monde, elle avisa le désordre qui régnait chez elle. * On dirait que des cambrioleurs sont passés, puis qu’une bande de chiens y a poursuivi des chats et qu’enfin j’ai viré tout ce beau petit monde en balançant tout ce qui me passait sous la main. * La marmotte s’étira en souriant d’amusement. En effet, ça méritait un peu de rangement.

Mulan se leva tout en s’étirant. Sans se presser, elle fit le tour des salles de chez elle pour choisir laquelle elle allait nettoyer en premier et lesquelles avaient le plus besoin de rangement et de nettoyage. Bizarrement, c’était les toilettes les plus propres et les moins encombrés. La blonde soupira. Aujourd’hui, elle allait devoir faire le ménage. A l’aide de son don héréditaire, elle fit la vaisselle. Tous ses couverts, ses assiettes, ses balais et même ses éponges étaient en métal. Ah, mais, vous devez sûrement vous demander ce qu’est son don héréditaire. Mulan et son frère… et aussi sa mère, normalement, sont des aimants vivants. Ils peuvent générer des champs électromagnétiques de plus ou moins forte intensité et ainsi faire léviter tout ce qui est en fer ou en acier, et leurs variantes. Leur pouvoir fonctionne théoriquement aussi sur les aimants, mais allez donc vous battre avec un aimant, vous !… Vous allez voir comme vous aurez l’air ridicule ! En revanche, pour le ménage c’est très pratique. Le soir, la femme s’écroula sur son lit et posa sa fidèle Bébeille sur la table de chevet. Maintenant sa maison était aussi propre et brillante que si elle était nettoyée régulièrement. Par contre, la blonde n’avait plus beaucoup assez de chakra. Tandis que le sommeil l’envahissait, elle eut une petite pensée pour son père.



Chapitre I : Souvenirs d’enfance



Kinzoku Eiji était un homme originaire de Kumo qui s’était marié à sa mère que pour avoir un héritier. En l’occurrence, il avait eu une héritière. Son père ne l’avait jamais aimé pour ce qu’elle était vraiment, mais plutôt pour ce qu’elle représentait. Il avait toujours voulu qu’elle soit comme il le désirait. Sa mère, Kaosuhewa Nozomu, était originaire d’un autre village : Iwa, le village caché de la terre. Lors d’une bataille, un ninja de Kumo trouva la petite fille dont les parents étaient morts. Ce ninja l’adopta et l’éleva comme sa fille. Nozomu et Eiji s’étaient rencontrés à l’hôpital. La mère de Mulan était une ninja médecin, et son père était tombé amoureux de la jolie petite demoiselle qui s’occupait de lui. Ils se marièrent et eurent donc une fille : Mulan. Bizarrement, elle était blonde alors que ces deux parents étaient bruns. Mais la science expliqua tout cela : la grand-mère paternelle de l’enfant était blonde, et l’un des parents biologique de Nozomu devait l’être aussi. Tout était bien dans le plus parfait des mondes, si on mettait de côté qu’Eiji avait transmis à sa fille une maladie héréditaire : l’eczéma. En plus, à cause de traitement qu’il était lui-même obligé de prendre pour son propre eczéma, Mulan était née avec peu de défense immunitaire et était tombée malade quelques jours après sa naissance. Ensuite, son enfance ne fut plus qu’une succession de maladies.

Ceci mis à part, l’enfance de Mulan avait aussi été beaucoup marqué par la répulsion des autres enfants envers sa maladie. La gamine était recouverte d’eczéma, ce qui la faisait un peu ressembler à un lépreux. Ça ajouté au fait qu’elle ne cessait de se gratter à s’en faire saigner, ce n’était pas joli à voir. Cependant certains enfants passèrent le cap de son apparence repoussante et devinrent ses amis. Aujourd’hui encore, la blonde était toujours amie avec eux : Hana, qui était à l’époque une enfant timide et très réservée, et Sui, qui était et qui est toujours un garçon manqué à cent pour cent et dotée d’une énergie débordante. Dans son demi sommeil, la blonde se rappela que sa mère lui avait souvent dit qu’à cette époque elle n’aimait pas beaucoup Killer Bee parce qu’il faisait toujours son intéressant et qu’il était bon partout. De la même manière, elle n’aimait aucun de ceux qui étaient populaires car, souvent, c’était ces enfants-là qui se moquaient d’elle et qui la méprisait à cause de sa maladie. Mumu se rappela aussi de son plus vieux souvenir…





    Aujourd’hui, c’était très bizarre. Un garçon, celui qui avait été adopté par le Raikage, était mis à l’écart. Tous les enfants le traitaient comme un pestiféré. C’était encore pire qu’elle. Pourtant, il continuait de sourire comme s’il ne leur en voulait pas. C’était la sortie de l’école, et sa mère était en retard pour venir la chercher. Mulan éprouvait de la compassion pour ce garçon qui vivait la même chose qu’elle, en pire. Même les adultes le regardaient avec haine. La petite blonde s’approcha de cet enfant qu’elle n’avait jamais porté dans son cœur et lui sourit.

    - Bonzour…

    Le petit noir tourna la tête vers elle. Ils ne s’étaient jamais adresser la parole et il devait bien se demander ce qu’elle lui voulait.

    - Yo ! Qu’est-ce que tu me veux, toi ? Il me semble qu’on ne se connaît pas, oh yeah !

    Mulan resta muette. C’était bien la première qu’elle entendait quelqu’un parler comme ça, et c’était quelque peu… perturbant.

    - Euh… Hum, tu veux zouer avec moi ?

    - C’est bien gentil mais qui es-tu ? Dis-moi ton nom, ne soit pas têtue !

    Après quelques mouvements bizarres avec les bras, l’enfant finit sa phrase en croisant les bras. Alors là c’était le pompon en matière de bizarrerie. Ça expliquait peut-être pourquoi tout le monde le détestait…

    - Mulan… Kaosuhewa Mulan… et toi ?

    Improvisant une nouvelle chorégraphie de rap – Mulan ignorait ce qu’était le rap – l’enfant lui répondit :

    - Je suis Killer Bee, le nouveau jinchuriki d’Hachibi ! Oh yeah !

    - … Mais… pourquoi tu parles comme ça ?

    - Je rap, petite frappe !

    - Tu rap ? C’est quoi ?

    - Quoi ? Tu ne connais pas ? Honte à toi ! C’est un style de musique, c’est magnifique ! Oh yeah !

    La petite fille fixa l’autre pendant quelques secondes. Quoi ? Ça ? De la musique ? Mulan éclata de rire. Soudain elle entendit hurler. Mulan sursauta tellement fort que ce fut au tour de Killer Bee de se moquer d’elle. La blonde rougit et fit la moue en tourna la tête vers la personne qui avait crié. C’était sa mère, et elle courrait vers elle d’un air affolé.

    - Mulan ! Qu’est-ce que tu fais ?!

    L’enfant commença à avoir peur. Avait-elle fait quelque chose de mal ? Etait-ce les autres enfants qui c’était arranger pour que sa mère soit en colère contre elle ? La petite se mit à trembler et à pleurer.

    - Mais, mais rien !

    Sa mère l’attrapa violemment par le bras en jetant un regard horrifié à Killer Bee.

    - Ne l’approche pas, c’est un démon !

    Apeurée par la panique de sa mère, Mulan se fit entraîner loin du petit garçon. Elle se tourna pour regarder le prétendu démon. Il lui au revoir de la main et la petite fille se demanda en quoi cet enfant solitaire était un démon. Elle eut sa réponse plus tard : sa mère lui expliqua qu’il était le jinchuriki d’Hachibi et que le bijû risquait de se libérer à tout moment pour tous les détruire. Pour la première fois de sa vie, Mulan s’était alors mise en colère. Cette peur était à peu près aussi justifiée que la peur des autres enfants envers l’eczéma qu’ils pensaient, à tort, transmissible comme une maladie normale.



Mulan se réveilla et bailla. Elle regarda par la fenêtre. Le soleil était levé, et son estomac criait famine. Dans la cuisine, elle découvrit qu’il était midi. Comme d’habitude, la blonde était très mal réveillée. Elle mélangea les ingrédients du plat qu’elle était en train de préparer et la mixture obtenue se révéla totalement immangeable. La ninja se rabattit sur le restaurant qui était juste en face de chez elle. Mumu mangea rapidement, puis elle retourna chez elle bien décidée à ne bouger que si on l’appelait pour une mission. Y avait-il une raison particulière à ça à part la paresse ? Oui, la veille, la femme avait retrouvé un vieux carton dans lequel elle avait mis des photos et ses anciens journaux intimes.


Chapitre II : Oh ! Un don héréditaire !


Le dessin:
 
Mumu fit glisser le carton, qui était sous son lit, jusqu’à elle. Comme mue par sa volonté propre, Bébeille se posa sur le voile de sa marionnettiste, et s’y accrocha pour surveillait si quelqu’un venait pendant que Mulan lirait. La femme ouvrit le carton. La première chose qu’elle vit fut un dessin de ses parents avant sa naissance. C’était amusant de voir comment chacun regardait à l’opposé de ce que l’autre regardait. Ça illustrait bien la façon dont le couple avait fini. L’un, fier, égoïste et assoiffé de pouvoir et l’autre, humble, qui ne pense qu’aux autres et qui a peur du pouvoir. La ninja avait toujours été confrontée à deux points de vu totalement opposés, ceux de son père et ceux de sa mère. Aujourd’hui elle était elle-même pratiquement le total opposé de son petit frère. * Quelle ironie... * Mulan posa le dessin à côté d'elle, par terre, et s'intéressa aux journaux intimes. Autant commencer par le commencement, non ? Elle prit le plus vieux, s'allongea sur son lit et commença à le bouquiner. La blonde se moqua des fautes d'orthographe qu'elle faisait à l'époque ainsi que des pensées innocentes et ignorantes du monde qu'elle avait eu.

La première chose que racontait le très vieux journal intime – la ninja avait environ six ans quand elle avait écrits ces lignes – c'était sa peur devant une découverte pour le moins... étonnante. À cette époque, Mulan s'occupait d'une jeune fille dont l'innocence, la gentillesse et la beauté étaient semblables aux anges, aux yeux de la petite fille qu'elle était à l'époque. C'était l'enfant parfait : obéissant, calme et compréhensif. Mais aussi la fille parfaite : gentille, douce, belle, sociable comme tout et d'un optimisme à toutes épreuves. Vraiment, c'était un ange. Mumu était tellement sous le charme qu'elle avait décidé de s'en occuper comme si c'était sa petite sœur ou sa fille. Elle passait toutes ses récréations à s'occuper de ce petit ange et ses amies se sentaient un peu délaissées. Aveugle aux défauts de la toute petite fille, Mulan lui passait tous ses caprices sans s'en rendre compte. Aujourd'hui la femme trouvait ça pathétique et blasant. Surtout que ledit petit ange était mort depuis belle lurette lors d'une mission. Mais passons, toujours est-il qu'à l'époque Mulan tenait beaucoup à cette enfant dont, aujourd'hui, elle ne se souvient même plus le nom.





    C'était l'heure de la récréation. Comme à son habitude, Mulan avait refusée d'aller jouer avec ses amies pour pouvoir s'occuper de sa petite protégée. L'enfant avait un visage d'ange, de grands yeux bleus remplis d'innocence et des cheveux d'un blond tellement clair qu'ils paraissaient blancs. Associé avec ce physique d'ange, un caractère doux et calme. Elle était obéissante et pure... un vrai bonheur. Mulan joua au chat perché avec son petit ange. Au bout d'un moment, elle la perdit de vu. Mulan chercha son petit ange du regard, et la trouva enfin... perchée sur une barrière, en équilibre précaire entre la cours et le vide. Il y avait quelques avantages à vivre à la montagne, mais là c'était dangereux.

    - Fais gaffe ! Descend, tu vas tomber !

    La petite aux cheveux blonds presque blancs sourit à Mulan en lui faisant coucou de la main. Elle refusait de tomber, soi-disant qu'elle maîtrisait la situation. Puis elle glissa et commença à perdre l'équilibre. Tout se mit à bouger au ralentit. Son petit ange allait tomber et mourir. Mumu sentit une peur sans nom l'envahir et souffler sa conscience. Son chakra se malaxa et sortit de son corps à une vitesse qu'elle n'aurait jamais cru possible. Mulan sentit une fatigue immense l'envahir et ses jambes se dérobèrent sous son corps. Un table volante alla se placer sous son petit ange, qui était presque à l'horizontale maintenant, et la lança du côté de la cours. Couverte de bleus, la gamine était tout de même saine et sauve.

    L'héroïque table volante, en revanche, semblait avoir été abandonnée par la magie qui la faisait voler et tomba à la place de l'enfant pendant que Mulan sombrait dans un pseudo inconscient. Là, la conscience engourdie, Mulan restait suspendue entre le sommeil et le coma. Des personnes la touchaient et lui parlaient, mais elle ne comprenait pas ce qu'ils disaient. Quelqu'un essayait de comprendre ce qui lui arrivait. Un jutsu de soin fut utilisé sur elle. En une décharge électrique, l'esprit de Mulan sortit de sa torpeur. Puis Mulan se rendit compte... une table volante ?! Et elle s'endormit.

Ayatsui :
 

Ce jour-là, elle avait fait paniquer tout le monde : ses professeurs, ses amies, sa famille... Tout ce petit monde la soupçonnait d'avoir utilisé un ninjutsu mais Mulan ne cessait de nier. D'ailleurs, son petit ange soutenait exactement le contraire et leur relation fusionnelle s'arrêta à ce moment-là. Peu après, elle avait commencé à s'entraîner seule pour maîtriser ses pouvoirs. A l'époque, Mulan ignorait que c'était un don héréditaire que sa mère lui avait transmis. En fait, sa mère elle-même n'avait jamais développé cette capacité. Son pouvoir était resté latent et elle avait été adoptée trop jeune pour savoir que sa famille possédait une telle capacité. La femme sourit en lisant un passage qui racontait comment Ayatsui-sensei avait découvert sa capacité. Il l'avait tout simplement surprise en train d'utiliser ses pouvoirs pour lancer des kunais, et la blonde avait nier tout en bloc. Elle avait même dit qu'il devait arrêter d'abuser des champignons hallucinogènes.

Son secret éventré par le jounin, bientôt son professeur et sa famille furent au courant. Si le deuxième raikage avait été toujours en vie à ce moment-là il aurait été content. Après tout, il courait après les personnes possédant un don héréditaire – comme les Hyûga – et par un heureux hasard, un ninja de Kumo avait adopté une petite fille qui avait un don héréditaire latent. Nozomu ne chercha d'ailleurs pas à réveiller ses pouvoirs latents et ils restèrent latents. En revanche, ses enfants ne s'en privèrent pas. Jiba et Mulan étaient même en compétition : que le meilleur gagne ! L'une spécialisée dans le combat à distance et l'autre dans le corps à corps, ils n'étaient jamais satisfaits et cherchaient toujours à surpasser l'autre dans la maîtrise du don héréditaire de leur famille. Mulan soupira. Elle avait souvent souhaité avoir une relation pour symbiotique avec son frère, mais leurs caractères étaient tout simplement incompatibles. En fait, s'ils n'avaient pas été frère et sœur et s'ils n'avaient pas eu le même désir de symbiose,  ils se détesteraient très certainement.


Chapitre III : Du jour au lendemain


La femme posa le journal intime sur sa table de chevet et, en essayant de bouger au minimum, elle prit un deuxième journal. Le précédent s'arrêtait vers ses sept ans, le suivant reprenait vers ses huit – neuf ans. En même temps, lors de ses sept ans, la blonde avait vécu deux événements qui avaient quelque peu traumatisés son enfance. Aujourd'hui elle s'en fichait un peu, tout simplement parce qu'elle était une ninja et que, par conséquent, on lui avait appris à éliminer ses sentiments. Cette année-là, son père avait disparu du jour au lendemain. Il avait trahi le village – aujourd'hui encore sa fille ignorait ce qu'il avait fait – et l'avait quitté la même nuit. Quelques mois plus tard, sa mère s'était trouvé un nouveau compagnon, était tombée enceinte et s'était remariée – le divorce était prévu depuis un an déjà. Mumu l'avait très mal pris et avait tenté deux choses stupides. Premièrement : retrouver son père, et par conséquent quitter le village et tout le tralala. Deuxièmement : tuer son beau-père.

Ses deux tentatives avaient échoué. * Bah, de toute façon maintenant Maman n'est plus avec ce gros con. Et mon père... * Mulan serra les dents et tenta de se sortir ce souvenir de la tête. Ses journaux intimes lui rappelleraient bien assez vite ce qui s'était passé entre le père et la fille. Vous-même, cher lecteur, vous découvrirez ceci dans le chapitre suivant. Mais revenons à nos moutons. Mumu ouvrit donc ce journal à sa première page. La première chose qui était écrite, c'était un souvenir écrit quelques heures à peine après l'évènement. Cet événement ? La naissance de Kaosuhewa Jiba. Oui, Kaosuhewa. Il avait été décidé que le nom de leur tout nouveau clan serait le nom de Nozomu car c'était d'elle que venait ce don héréditaire. Aujourd'hui, fille ainée était considérée comme la cheftaine de ce petit clan. Très petit clan. Entre elle, sa mère, son frère, sa belle-sœur et sa nièce... ça faisait un tout petit clan. * Ça va faire un clan mort-né. Il suffit que je n’aie pas d'enfant et que ma nièce meure jeune pour que le clan Kaosuhewa s'éteigne. C'est sûrement comme ça que ça va se passer. * La ninja voulut se concentrer sur des pensées plus joyeuse, elle commença donc à lire le journal, malgré le soleil déclina et son ventre qui grondait.





    On lui avait demandé d'attendre dans une chambre. On lui avait fourni des livres, des feuilles et de quoi dessiner en attendant. Mulan avait été vexée en voyant les feuilles blanches et les crayons de couleur. Non mais, elle était passée genin la veille ! Elle n'était plus une enfant ! La blonde était assise sur le lit et tripotait pensivement son bandeau. Elle avait passé un sacré bout de temps à savoir où elle allait le mettre. Finalement, Mulan avait choisi de le mettre autour de son cou. L'enfant avait toujours les cheveux longs. Ils étaient attachés par un chouchou et elle vérifiait tout le temps s'il était bien mis. C'était devenu un tic. Hier, Mulan avait rencontré le jounin qui allait s'occuper d'elle, de Sui et de Sora.

    Ce n'était autre qu'Ayatsui Othi. Qui est Sora ? Un étrange garçon aux cheveux bleus coupés courts. Il venait d'un clan riche et se comportait comme tel, comme s'il était le maître incontesté du monde. Le genre de personnes que Mulan n'appréciait que moyennement. Sui s'était pourtant déjà liée d'amitié avec le jeune homme. Sora avait eu l'initiative de nommer leur équipe l'équipe "SMS", en référence à leurs prénoms – Sora, Mulan et Sui. Ayatsui s'était d'ailleurs plaint que le "A" n'y soit pas, et Sorâ avait répliqué "C'est normal, vous êtes le patron. C'est 'SMS', l'équipe d'Ayatsui-chan". Le "chan" avait détourné l'attention du jounin qui s'était alors agacé qu'on le traite avec si peu de respect. * Ça promet... *

    La genin poussa un soupir. Elle était fatiguée. Sa mère avait eu ses contractions vers minuit, et depuis Mulan attendait son petit frère. A moins que les médecins ne se soient trompés et que ce soit une petite sœur. La blonde espérait qu'ils s'entendraient bien tous les deux, qu'ils vivraient une fraternité symbiotique. Comme des jumeaux. C'était cet espoir qui la rendait impatiente de voir ce bout de chou. A ce moment-là, Mumu ne se doutait pas un instant que le nourrisson aurait, plus tard, un caractère pratiquement totalement opposé au sien. Une ninja médecin entra. La genin sauta sur ses pieds. A la suite de la femme, sa mère dans un lit à roulette – trop cool ! – avec un bébé dans les bras.

    Le père du petit bout de chou était en mission. Et tant mieux, Mulan n'aurait pas supporté la fierté qu'il aurait affiché en voyant son fils et unique descendant. Nozomu était fatiguée. Elle tombait de fatigue et s'endormait. Les ninjas médecins l'installèrent sur le lit de la chambre et mirent le bébé dans une espèce de berceau carré à côté du lit. Ils s'en allèrent avec le lit roulant et Mulan s'approcha de son petit frère. Sur son poignée, un bracelet avec son prénom : Jiba. C'était le prénom qu'ils avaient choisi, Nozomu, Mulan et le père de Jiba. * Bonjour Kaosuhewa Jiba ! Je suis ta grande sœur. Bon, je vais devoir partir, j'ai ma première mission aujourd'hui. Je suis une ninja, moi. Mais t'inquiète, je te protègerais s'il t'arrive malheur. Et je t'aiderais pour notre pouvoir héréditaire. T'as de la chance, moi j'ai dû apprendre seule. * Toujours silencieuse, Mulan quitta sa chambre et alla rejoindre son équipe.



Après, le journal racontait principalement ses recherches sur l'anatomie des chiens, des chats, des rongeurs et des insectes. Ce n'était autre que l'évolution de Bébeille qui était écrit là. Maintenant c'était une abeille tueuse. Une killer bee. Il y avait aussi des comptes rendus de ses entraînements au katana et pour maîtriser son don héréditaire. Ah, et quelques pseudo-rapports de mission qu'elle avait faite pour elle-même. Mulan se rendit compte qu'elle avait totalement oublié comment elle avait appris l'existence des taïpans : en mission, en se faisant mordre. Même si un sérum existait, et que ces serpents ne vivaient que dans des zones non habités – par conséquent il était assez rare de se faire mordre par ces reptiles – leur venin restait tout de même l'un des venins les plus fulgurants du règne animal. Il y avait aussi de rares passages où elle racontait à quel point son frère l'agaçait, et en éprouva du remord. Un dessin tomba du journal. Un dessin de son beau-père. Le dessin passa à la poubelle. Mulan passa ensuite dans la salle où elle élevait quelques taïpans noirs pour leur venin et mit une vingtaine de rongeur dedans, pour nourrir ces serpents qu’elle élevait depuis vingt ans pour leur venin. Ensuite, elle alla elle-même manger avant d'aller se coucher.

La photo :
 
Plus sur les taïpans :
 


Chapitre IV : Une vie de Ninja


Sui :
 
Hana :
 
Le lendemain, toujours rien. Par rien, moi, la narratrice, je veux dire pas de missions. Le raikage l’avait peut-être oublié. Ce n’était pas un mal, Mumu avait toujours l’impression de se ridiculiser devant lui. Comme cette fois mémorable où elle faisait des grimaces et des danses bizarres pour perturber Jiba lors de son premier entretien avec le raikage. Bien évidemment, il avait fallu que le Raikage ait fait un clone de l’ombre… qui l’avait surpris en train de lécher la vitre. Jiba avait bien rit ce jour-là. Son fou rire avait duré une heure au moins. Cette expérience avait été très perturbante pour la ninja : elle qui était persuadée que le raikage ne pourrait pas la surprendre, pour se retrouver nez à poing avec le raikage. La blonde ne parvenait pas à se souvenir de la suite, sans doute parce qu’elle était passée à deux doigts de la mort. Depuis elle faisait profil bas. Mais passons !

Donc, pas de missions à l’horizon. Mulan pouvait donc passer tout son temps à bouquiner ses journaux intimes. Les suivants racontaient sa vie de dix à seize ans. La blonde mit plusieurs jours, et malheureusement elle fut appelée pour une mission quelques jours après avoir entamé celui de ses treize ans. Tant pis, elle les avait emmenés. Pour la mission, la ninja était avec Sui et Hana. Que de personnes qu’elle connaissait depuis l’enfance. Tant mieux ! Mumu put donc lire et se remémorer la naissance de Vif-argent, son cheval en métal, et celle de Minuit, son épée à deux lames à double tranchant. Un monstre tellement lourd que la blonde ne pouvait pas l’utiliser sans utiliser son pouvoir héréditaire, et la jeune femme avait mis beaucoup de temps pour maîtriser Minuit. Elle lut aussi à voix haute ce qu’elle avait à propos d’une soirée trop arrosée : Mulan s’était retrouvée relookée, avec sa garde-robe totalement renouvelée et un tatouage sur le visage. C’était le jour de ses quinze ans, juste après avoir laissé tomber son premier flirt : un garçon juste un peu stupide et obsédé sur les bords.

- Ouais, c’est vrai ! Avant t’étais vraiment qu’une coincée ! rigola Sui. Et maintenant d’invente des techniques pour espionner Killer Bee dans les bains sans te faire pincer par son frère ou d‘autres ninjas, hahaha !

- R’oh, ça va hein… fit Mulan en rougissant.

- 15 ans… ce n’est pas à cette âge que tu as… ? demanda Hana avec douceur.

- ?

- Commencé à espionner Killer Bee dans les bains ? Si, si ! Hahaha !

- Mais ! T’as fini oui ? râla Mulan, rouge comme une tomate et le cœur battant la chamade.

- Non, je parle de… tu sais, avec… Eiji…

Le silence se fit. En effet, c’était à quinze ans… que Mulan avait envoyé son propre père en prison.



Sora :
 



    Tu… tu es sûre que ça ira ?

    - Oui…

    Sora et Sui échangèrent un regard inquiet. Sur son étalon de fer et d‘acier, Mulan ressemblait à un chevalier qui aurait participé à une batail dont il sera le seul survivant. Certaines de ses blessures semblaient sérieuses, mais aucun d’entre eux n’était médecin. La blonde, elle, n’avait cure de leurs soucis. Le regard rivé sur le dos d’Ayatsui, elle pensait. Mulan voyait flou. Était-ce des larmes ? La chaleur ? A moins que ce soient ses blessures qui affectaient juste sa vue ? Peut-être un peu de tout. Elle se sentait vidé. Elle avait juste assez de chakra pour faire bouger les pattes de Vif-argent, son sang était retenue de justesse par des bandages de fortunes et son esprit… elle n’en avait plus.

    Ayatsui gisait sans conscience sur l’encolure de la marionnette métallique. Qui l’avait mis dans cet état ?  Ah oui, c’est vrai… l’être qui l’avait conçu avec sa mère. Comment disait-on déjà ? Ah oui… son père. Vif-argent chancela. Non, elle ne devait pas s’évanouir, car dans le ventre creux de la créature il y avait Eiji Kinzoku. Celui qui avait tenté de tuer sa propre fille quand elle avait refusé de quitter Kumo pour le rejoindre dans la clandestinité. Le village était en vue. Du moins, les portes étaient en vue. Plus que quelques pas. Pourquoi ? Pourquoi faisait-il si beau ? Dans les romans, il pleuvait quand quelqu’un était triste. Ici, le soleil trônait au milieu d’un ciel sans nuage. Il faisait tellement chaud, c’était insupportable. Elle s’évanouit, et l’invocation disparut dans un nuage de fumé. Sora et Sui se précipitèrent, tout comme les ninjas qui gardaient la porte.

    - Que se passe-t-il ? Mulan, Ayatsui ?! Hé mais, c’est qui ce type ?

    - Kinzoku Eiji, le père de Mulan. Ayatsui et Mulan sont tombés sur lui lors de la mission. Je crois que Mulan a piqué son père avec du venin de taïpan noir. Le sérum est en train de faire effet, mais il restera K-O un petit bout de temps.

    - Son… son propre père ?

    - Oui, et une cellule l’attend en prison depuis huit ans.

    Sora et Sui prirent respectivement Mulan et Ayatsui, pour les amener à l’hôpital. Mulan ferma alors les yeux, à la fois soulagée et dégoutée. Son père allait enfin payer ses crimes. Et c’était elle qui l’avait capturé pour qu’il aille croupir en prison. * Les ninjas ont vraiment une vie de merde… *



Le sujet ne fut plus évoqué de la mission, et Mulan continua la lecture de ses journaux intimes, tout en sautant la partie sur son père. Celle sur ses tentatives pour espionner Killer Bee était bien plus intéressante. Certes, la ninja avait toujours été prise la main dans le sac par quelqu’un – le raikage la plupart du temps, mais aussi par Darui, Dodai, Omoi, C, Mabui, très rarement Killer Bee lui-même… Bref, passons.
Spoiler:
 


Chapitre V : Des cieux et des adieux


Enfin de retours. Mulan se sentait crevée par cette mission. Certes, elle n'avait pas fait grand-chose mis-à-part marcher et espionner, mais quand même ! Non contente de ne pas avoir fait grand-chose, la blonde roupilla toute la journée après son retour, et ne se réveilla que le lendemain matin... enfin, le lendemain midi. Les cheveux peignés comme si elle s'était mise un pétard dans les cheveux, la ninja alla regarder par la fenêtre pour voir si le soleil était haut ou non. Allez savoir pourquoi, mais elle regarda en premier par terre qu'en l'air. Mumu vit alors une femme qu'elle avait... intimement connue. Cette femme au style gothique s'appelait Kuroyuki. Elles étaient sorties ensemble quand Mulan avait dix-huit ans. Elle n'avait jamais autant regretté d'avoir été en couple avec quelqu'un. La blonde avait voulu voir si elle était bisexuelle ou même homosexuelle. Eh bien, ce n'était pas du tout le cas, et elle avait eu beaucoup de mal à se débarrasser de Kuroyuki. Cette dernière aimait beaucoup son côté mystérieux... son voile, quoi. C'était blasant.
Kuroyuki :
 

Mulan haussa les épaules et bailla à s'en décrocher la mâchoire. Elle fila prendre une douche, se peigna vite fait et en profita au passage pour se couper les cheveux au kunai (oui, oui...) Par la suite, la blonde alla grignoter un truc pour son déjeuner-petit-déjeuner tout en bouquina un journal intime. C'était celui de ses dix-sept ans. Elle racontait ses progrès au maniement de Minuit – rien de bien extraordinaire vu qu'elle avait progressé à une allure de limace – et de ses vaines tentatives pour trouver un troupeau de chevaux sauvages et voir s'ils acceptaient Vif-argent comme l'un des leurs. Il y avait aussi des passages consacrés à son frère et leur relation qui s'améliorait tandis qu'il grandissait. Notamment, tout une page détaillait le jour où Jiba c'était ramené avec son bandeau de ninja. La blonde racontait aussi comment Sora disparaissait parfois. Il n'y avait pas grand monde pour le remarquer, mais des fois il s'absentait pendant un jour ou deux. Puis ses absences devinrent plus longues, jusqu'au jour où il disparut purement et simplement.





    * Gé-ni-al ! Que c'est beau la campagne, qu'il est joli le soleil... Que c'est mignon de se perdre en pleine mission ! * Mulan rageait intérieurement en marchant d'un pas furieux. Autours de sa tête, Bébeille tournoyait comme une abeille qui aurait vu quelqu'un détruire sa ruche puis décapiter sa reine. Sa créatrice la faisait tourner autour de sa tête à une vitesse inabeille – l'équivalent d'inhumain pour les abeilles. Se perdre soi-même pour un ninja était déjà un comble pour un ninja, mais en plus Mulan avait perdu son équipe. * Et ça se prétend ninja de Kumo... c'est vraiment pathétique ! Un jour ma bêtise me tuera. D'ailleurs, si elle pouvait me tuer maintenant ça abrègerais mes souffrances. Je sens qu'Ayatsui va me passer un de ces savons... Déjà que je suis la seule à être restée genin et que ça le fait rager, alors là... * La blonde se voyait déjà morte et enterrée.

    Mais, c'était quoi ça là-bas ? Alors, un toit, des murs, un petit terrain, un près pour les bêtes... Une ferme ! Qui disait ferme disait fermier, qui disait fermier disait personne connaissant les environs... Elle pourrait donc retrouver son chemin !... ou pas, s'ils étaient tous morts ou s'ils étaient partis. Mulan se secoua la tête et, prenant son courage à deux mains, elle fonça vers la ferme, se cassa la figure, se releva en serrant les dents et continua sa course vers la ferme. Alors qu'elle était presque arrivée, un chien débarqua de nulle part et commença à lui aboyer après en montrant ses énormes crocs.

    - Weuh... Gentil le chien...?

    Ou pas. La bête se jeta à ses trousses, et Mulan fit demi-tours en hurlant. La poursuivie parvint à manœuvrer de façon à ce que le chien enragé ne se trouve plus entre la ferme et elle. La blonde parvint à la porte, l'ouvrit à la volée et la referma dans un même mouvement. L'animal se prit la porte en pleine truffe et partit en couinant. Son cœur battait aussi vite que les "ailes" de Bébeille et sa respiration était très rapide. Mumu posa sa tête sur la porte, à bout de souffle. Elle ne faisait pas assez d'exercice visiblement. Tiens, étrange, l'odeur de la pièce lui rappelait quelque chose...

    - Mu-Mulan ?

    - ?

    Ah, maintenant oui elle se souvenait : c'était l'odeur de sexe qui régnait chez Sora. Et l'homosexuel coureur de pantalon se tenait là, juste devant elle, nu comme un ver – ce qui ne le gênait pas le moins du monde – tranquillement à quatre pattes sur un canapé. Derrière, un jeune homme à la peau halée et aux cheveux multicolores. Mulan n'avait pas besoin de dessin, rien que l'état de leur sexe lui indiquaient ce qu'ils étaient en train de faire quand elle était entrée. La blonde piqua un fard, ne sachant plus où se mettre. Après tout, elle ferait peut-être aussi bien de retourner dehors avec le chien. Aucun des deux hommes n’était gêné par sa présence. En fait, ils auraient même pu continuer si Sora n'avait pas voulu épargner la femme.

    - Mulan, tu saignes du nez.

    - Ah ?

    - Tu veux bien aller dans la cuisine pendant qu'on finit ?

    - Ou-oui, oui, bien sûr !

    Horriblement gênée... et un peu en train de saigner du nez (juste un peu), Mulan partit s'enfermer dans la cuisine. Assise sur une chaise, elle se demanda quelle différence il y avait entre être dans la cuisine ou avec eux dans le salon. Ici elle avait le son et les odeurs... en fait, dans le salon il n'y avait que l'image en plus. Plusieurs heures plus tard, alors que Mulan était en plein rêve érotique sur Killer Bee, Sora la réveilla. Il était vêtu cette fois-ci.

    - Je suppose que ta mission est de me ramener...

    - Non, ma mission est de ramener des renseignements sur une organisation qui fait du trafic de drogue. Mais j'ai perdu mon équipe. Mais je veux bien une explication.

    Le ninja aux cheveux bleus et aux yeux verts poussa un long soupir en fermant les yeux. Il sembla réfléchir. Peut-être choisissait-il ses mots, peut-être voulait-il lui faire croire qu'il choisissait ses mots, peut-être ni l'un ni l'autre. Sora ouvrit les yeux et planta son regard dans le sien.

    - Je suis tombé amoureux de Mareck et-

    Mulan le coupa, abasourdit.

    - Quoi ?! Toi ?! Amoureux ?!

    - Oui ! répliqua-t-il, agacé. Il se reprit. Mareck est un ninja de Suna... On ne peut pas être ensemble, aussi bien parce qu'on vient de villages différents et parce que nous sommes deux hommes.

    - Depuis quand ce genre de détail te gêne ?

    - Depuis que je l'aime.

    - ...

    Le silence s'installa entre eux. Mulan sentait une boule dans sa gorge. Elle devinait la suite, et elle savait qu'elle n'aimerait pas. La blonde serra les dents et réfléchit à ce qu'elle devait faire. Bon sang, pourquoi un ninja d'un autre village ?! Mulan se massa les tempes.

    - Et je suis censée faire quoi moi ?

    - Tu vas aller voir le raikage et lui dire que je suis mort au combat.

    - ... Et tes sœurs ?

    - Dis-leur la vérité.

    Mulan sentit une colère provoquée par la tristesse monter en elle.

    - Donc je suis censée mentir à mon raikage et dire la vérité à des filles que je ne connais pas ?!

    Sora eut un sourire amusé.

    - Pourquoi tu t'énerves ? Ce ne serait pas par hasard parce qu'une certaine personne appartient à la famille du raikage...?

    - N'importe quoi !

    Mulan partit, verte de rage et rouge de gêne.



Aujourd'hui, Mulan regrettait de ne pas avoir fait croire au raikage que Sora était mort. C'était stupide, mais elle avait voulu plaire au père de Killer Bee. La culpabilité l'avait tellement rongée qu'elle en était tombée malade. Mais, de toute façon, elle l'aurait aussi été si elle avait menti. En fait, elle aurait juste préférée ne jamais revoir Sora et le croire disparut... ou mort. Cela ne l'empêcha pas de retrouver assez d'inspiration pour inventer de nouvelles marionnette de métal : Shooting Star, en forme de faucon et créé de façon à être le plus rapide possible. Feng, une abeille tueuse semblable à Bébeille mais aussi grosse qu'un poing. Elle commença aussi à travailler sur un projet, qu'elle nomma le projet Hachibi... C'était à la fois simple et compliqué : elle voulait créer une marionnette qui serait physiquement identique à Hachibi. Mais voilà, comment faire la copie d'une créature qu'on ne peut pas étudier et dont il y a peu de documents à la bibliothèque ? Mumu commença aussi à chercher ses affinités élémentaires et à tenter de les maîtriser pour devenir plus puissante et gagner en galon : elle ne souhaitait pas se faire doubler par son petit frère, qui lui voulait toujours plus.


Chapitre VI : Je t’aime moi non plus


Mulan se prélassait sur le toit, lisant un journal intime plus qu'elle ne regardait le coucher du soleil. Elle s'approchait peu à peu de la fin. Entre les mains, elle tenait le journal qu'elle avait tenu à vingt-et-un ans. Ça remontait à treize ans. Pfiou, ça ne la rajeunissait pas ! Il y avait principalement ses recherches sur l'anatomie humaine et sur Hachibi, ainsi que sa relation d'adversaire avec son frère. Aujourd'hui leur relation n'avait pas beaucoup évoluée : quand ils arrêtaient de se chamailler pour un oui ou un non, ils essayaient de surpasser l'autre. Très rarement, ils étaient complices... le plus souvent pour faire des bêtises d'ailleurs. La ninja retourna dans sa chambre et prit le journal suivant, celui de ses vingt-deux ans. * C'est marrant comment j'ai réussi à gérer mes journaux de façon à ce qu'ils fassent à peu près un an chacun. * Donc, le suivant. Ah oui, celui-là. Sa première et unique relation durable. Celle avec un ninja du village à la peau brune, aux cheveux d'un blond pâle et à la musculature développée. Non, ce n'était pas Killer Bee, c'était Hiromasa Yasuke.
Que voici :
 

Leur relation avait duré plusieurs années, et ils s'étaient quitté en très mauvais termes : Yasuke l'avait trompé, elle l'avait surpris, il lui avait dit qu'il en avait marre de servir de substitut à Killer Bee... cette phrase ayant littéralement blasé Mumu – elle ne s'en était pas rendu compte – elle n'avait plus cherché à plaire à qui que ce soit ni à séduire car, visiblement, son esprit restait bloqué sur le jinchuriki. Parallèlement, son frère se maria à la petite sœur d’Hana – qui d’ailleurs ressemblait énormément à Hana – au très jeune âge de vingt ans. Son épouse s’appelait – et s’appelle toujours – Tsuri. La fleur et l’arbre. Mulan s’était toujours demandé si ça avait un lien quelconque avec l’histoire de la famille, car leur ninjutsu n’avait strictement rien à voir avec les plantes. Avec la foudre, oui, mais les plantes… La blonde haussa les épaules et retourna dans sa chambre. Ce fut une bonne chose car il se mit à pleuvoir quelques minutes après. Et pas qu’un peu : des cordes ! Un peu comme le jour où son frère était venu lui demander de devenir la parraine de son futur enfant…





    Mulan était tranquillement en train de travailler à la bibliothèque quand son frère était venu la chercher. Il lui avait demandé si elle voulait bien nommer son enfant. Et BIM ! D'un coup elle apprenait que sa belle-sœur était enceinte et qu'elle allait être la parraine du morpion. Jiba l'avait harcelé avec des "alors ?" en tentant de l'empêcher de réfléchir. Mais la blonde c'était quand même rendue compte que si elle acceptait et que les parents du mioche mourraient... Elle serait obligée de s'occuper du môme !! Et c'était hors de question ! Il n'y avait donc aucune alternative : ils étaient obligés de se battre, et de l'issu du combat déterminerait si Mulan deviendrait ou non la parraine de son neveux – ou sa nièce, peu importe. Bien évidemment, le combat se termina avec la magnifique victoire de l'ainée.

    - Niark, niark, niark ! Le jour où tu me vaincras n'es pas encore venu, gamin.

    Mulan affichait un immense sourire sous son voile, dominant son frère de toute sa "hauteur". Jiba était allongé sur le dos, à ses pieds, et du coin de ses lèvres coulait un peu de sang qui se mêlait à l'eau de pluie. Un peu plus loin, Sui avait assisté à la scène de ménage sans intervenir, mâchant un chew-gum d'un air désinvolte. Hana et Tsuri s'approchèrent, toutes les deux abritées sous un parapluie, et découvrirent le frère et la sœur couverts de bleus et de blessures mineurs.

    - Mais ?! Qu'est-ce qui s'est passé ?

    - Bah, ils se battent encore pour un oui ou pour un non...

    Sui rigola alors grassement de sa blague à deux sous, laissant Hana et sa sœur dans l'incompréhension totale. Jiba foudroyait sa sœur du regard, le visage recouvert d'eau de pluie et de boue. Puis, soudain, il sembla avoir une illumination et son sourire se fit mauvais. Mulan plissa les yeux en un regard méfiant et bougea légèrement la tête, ce qui décrocha quelques gouttes de pluie accrochée à sa capuche.

    - Si tu refuses je vais voir Killer Bee pour lui demander s'il veut se marier avec toi, et je dirais à tout le monde que tu l'aimes depuis la maternelle.

    La blonde encapuchonnée se raidit et se sentit devenir rouge comme une tomate. Quel affreux chantage ! C'était sûr, s'il le faisait non seulement Killer Bee refuserait mais en plus elle serait couverte de honte ! Elle serra les dents et déglutit, tout en regardant son frère comme si elle allait le tuer. Le blondinet lui offrit alors son plus grand sourire, qui était aussi son sourire le plus naïf. Un peu attendrie, même si elle ne voulait pas le montrer, sa sœur détourna le regard, boudeuse, et soupira et regardant méchamment la pluie. Il ne lui laissait pas le choix.



Mulan avait par la suite proposé "Jagaimo" (signifiant "pomme de terre") si c'était un garçon et "Nira" (signifiant "Poireau") pour une fille. La blonde eut un sourire sadique en se rappelant la tête puis la crise de nerf de son frère. Mais ils étaient aussi tête de mule l'un que l'autre. Maintenant, la ninja était la parraine de Nira Kaosuhewa... La ninja soupira et passa sa nuit à finir cet avant-avant-dernier journal, où elle racontait aussi ses recherches sur les bijûs – et tout particulièrement Hachibi – ainsi que celles sur l'anatomie humaine. La femme s'endormit dessus.


Chapitre VII : Le dernier journal


Le lendemain, Mulan fut de nouveau appelé en mission. L'avant-dernier et le dernier journal intime qu'elle avait écrit était dans son sac à dos. C'était une mission d'escorte toute bête. Tandis qu'elle se rendait au lieu de rendez-vous avec son frère et deux autres ninjas de sa génération – à son frère – la blonde continua la lecture. Ces deux journaux s'étendaient sur plus d'année. Il ne racontait pas grand-chose, mis à part qu'elle avait laissé le projet Hachibi sur pause en attendant d'avoir plus d'information sur le bijû et qu'elle était devenue la cheftaine de l'équipe de son frère. Ce dernier avait très, très, très mal digéré l'information et ne l'avait pas accepté. Au final, il était devenu le chef de l'équipe à vingt ans, peu de temps avant son mariage, ce qui n'était pas un mal car il ne cessait de contester les décisions de sa sœur – déjà qu'elle n'est pas très sûre d'elle – et il lui avait même désobéi de nombreuses fois.

Ce journal ne disait pas grand-chose de plus que le précédent et se terminait sur une note : "Killer Bee s'en va aujourd'hui du village pour rejoindre un endroit plus sûr. Cette mesure a été prise par cet abruti de Raikage dans le but de protéger son petit frère. Il n'a donc pas confiance en ses ninjas ? Moi je l'aurais protégée comme une furie notre jinchuriki !..." La page était d'ailleurs mouillée à certains endroits. Mulan se souvenait très bien avoir pleuré sur son journal, comme une sotte. Elle en avait honte, c'était si peu digne d'un ninja. * Je suis pathétique... * La ninja soupira et rangea le journal dans son sac. Elle repensa à cette fichue Akatsuki. Si elle l’aurait pu, elle aurait immédiatement quitté la mission pour aller détruire cette organisation de malheur ! * Mais je suis trop faible. Ce sont des monstres, je me ferais écraser avant d’avoir pu bouger le petit doigt. * Mulan poussa un autre soupire las et ses épaules s’affaissèrent. Hana tourna la tête et vit son désespoir.

- Mmh ? Ça va ?

La blonde sursauta et rougit sous son voile. Elle fronça les sourcils en foudroya Hana du regard et se redressa fièrement.

- Bien sûr, pff ! Je suis une ninja, tout va toujours bien.

- Mouai, devait y avoir un truc nunuche dans son bouquin et ça lui a foutu le blues.

- N-non mais n’importe quoi ! Les ninjas ne ressentent rien.

Pour prouver qu’elle allait très bien, Mulan doubla ses coéquipières pour passer devant. Elle tentait de masquer son inquiétude pour Killer Bee en réagissant ainsi. Sui et Hana échangèrent un regard exaspéré. C’était toujours la même chose depuis que le Raikage avait décidé d’éloigner son petit frère pour le protéger. Lors de cette mission, les trois femmes faillirent échouer à cause du manque de confiance de Mulan – du moins c’est ce dont elle se persuada – mais elles rentrèrent tout de même à Kumo en ayant rempli leur mission. Heureusement d’ailleurs, sinon la femme voilée n’aurait jamais pu se présenter face au Raikage, le frère de Killer Bee. Adoptif, certes, mais frère quand même ! Visiblement, il s’était passé beaucoup de chose quand ils étaient partis en mission. Le village avait été attaqué, les cinq Kages s’étaient réunis et…

- QUOI ?! … K-K-Kh… !?! Ki-… KILLER BEE s’est fait ATTAQUER ?! Ils vont me le PAYER ! QUI ?! QUI a osé TOUCHER à Killer Bee-SAMA ?!  

Jiba déglutit. Sa sœur était… vraiment flippante. Ses yeux étaient littéralement en feu et tous les objets métalliques qui étaient liés à son chakra voltigeaient furieusement autour d’elle, prêts à trucider quiconque s’approcherait. Il inspira pour rester calme. Il était important qu’il reste calme, sinon sa sœur deviendrait incontrôlable. Déjà qu’elle était intenable d’habitude. Encore une fois, il se demanda si ça n’aurait pas été mieux s’il avait été le grand frère et elle la petite sœur. En tout cas, en ce qui concernait les caractères, ç’aurait été plus compatible.

- Ne t’en fais pas, il va bien, il est de nouveau au village.

Et, pouf !, ces mots magiques calmèrent sa grande sœur en quelques millièmes de secondes. Les objets tombèrent tous ensemble et même sa Bébeille adorée finit au sol. Mulan devint rouge et commença à trembler légèrement. Elle sentit venir des larmes mais refusa de les laisser couler. C’était vraiment stupide mais elle se sentait énormément soulagée. En plus, Killer Bee était de nouveau au même endroit qu’elle, la blonde avait donc une chance de revoir ce célèbre rappeur ne serait-ce que dans la rue. Elle pourrait de nouveau l’acclamer en publique lorsqu’il rapperait devant tout le monde… La ninja tomba à genoux. C’était inespéré. Jiba soupira. C’était mieux quand elle était calme. Puis sa sœur sauta sur ses pieds avec un regard tellement déterminé qu’il fut très surpris.

- Je vais m’entraîner, et je deviendrais tellement balèze que personne ne pourra faire de mal à notre jinchuriki !

- Quoi ?!

Puis Mulan s’écroula. Elle avait utilisé trop de chakra quand elle avait pété les plombs. Jiba soupira, exaspéré. Ce n’était pas une grande sœur qu’il avait mais un boulet de petite sœur. Au moins, elle pourrait redevenir normale maintenant. Il en avait marre de la voir en train de déprimer. Jiba prit Mulan sur son dos et la ramena chez elle. Sa sœur aura besoin de force pour s’entraîner. C’était tellement bien de la voir si motivée. Il se demandait ce que ça allait donner…


La suite en RP.



Dernière édition par Kaosuhewa Mulan le Jeu 4 Juil - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-anthesis.forumh.net/
Kaosuhewa Mulan
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 01/07/2013
Age : 77
Localisation : En route pour le Pays du Fer

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
500/500  (500/500)
Rang: Jounin Jounin
MessageSujet: Re: [Kumo] Kaosuhewa Mulan   Jeu 4 Juil - 10:15

¤ Pour le bonus ¤



Nom : Kaosuhewa
Prénom : Mulan
Surnom :
- Mumu (pour ses proches)
- La marmotte (pour ceux qui la connaissent au village et ses proches aussi)
- L'Anonyme (pour les rares personnes qui ont entendu parler d'elle en dehors du village)
Âge : 34 ans (née un 07 mars)
Sexe : Féminin
Village : Kumo


¤ Test RP ¤


Il faisait bon, pile poil la bonne température pour Mulan. Il faisait doux avec un vent froid – frais selon elle. A ses côtés, son compagnon : Yasuke. Les deux ninjas n’osaient pas se donner la main : l’un trouvait que ça ne faisait pas très viril et l’autre aimait bien se faire passer pour une dure. C’était une gentille balade entre amoureux. La femme au visage voilé regardait le ciel bleu et dégagé par l’intermédiaire de sa marionnette préférée : Bébeille. Il y avait deux ou trois nuages paresseux par ci par là mais rien de bien menaçant. * Des moutons. * Avec Yasuke, elle regardait les vitrines et, tous les deux, ils commentaient le contenue de chacune d’elle. Soit ils se moquaient, soit ils disaient que c’était vraiment beau, soit ils se disputaient gentiment sur ceci ou cela. Elle se sentait si bien. La femme leva le regard vers Yasuke, souriant sous son voile. Oui, avec lui elle était vraiment bien. Elle porta son attention sur les personnes qui étaient dans la rue et sentit soudainement une décharge électrique lui parcourir le corps.


Là-bas, au bout de la rue, une silhouette. Pas une silhouette fine, non, une silhouette massive. Mulan eut l’impression que la température extérieure augmentait légèrement. Elle ne put s’en empêcher, elle baissa les yeux en tentant de réprimer un sourire et un rougissement. Yasuke continuait de commenter le contenue d’une vitrine mais elle ne l’entendait plus. La silhouette marchait avec assurance et fierté, tout en étant détendu et cool. De temps en temps, quand il parlait, il improvisait quelques pas de danse. C’était si… si… tellement… tout ! Ses magnifiques et appétissants muscles roulaient sous sa peau brune avec sensualité. Le soleil créait sur cette peau foncée des reflets chocolat absolument irrésistibles. Et ses cheveux… blonds, clair, avec une coupe classe. Comme leur propriétaire. Mulan était hypnotisée par tant de beauté et de classe. Elle avait beau tenter de reporter son attention sur Yasuke et ce qu’il lui montrait, son regard revenait sans cesse sur lui. * Nya ! Killer Bee-sama est vraiment l’homme parfait… Il ressemble un peu à Yasuke… En mieux peut-être ? * Dire que cet être merveilleux avait été, à une certaine époque, renié par tous et par toutes, traité comme un moins que rien… Il avait vraiment réussi sa vie. Grâce à sa volonté de fer il était devenu le héros du village et un excellent rappeur (hum, hum, hum !)

Le jinchuriki se promenait dans la rue aux côtés de son frère sans faire attention à elle. Pourquoi aurait-il fait attention à elle, d’ailleurs ? Il n’y avait aucune raison. Mulan calcula la trajectoire de Killer Bee-sama et de son frère. Si elle et Yasuke continuaient dans leur élan, il y avait de fortes chances pour qu’elle ne passe pas loin de lui. L’esprit de la blonde s’emballa, et son cœur aussi. La température gagna quelques degrés tandis qu’elle se mettait à imaginer divers scénarios. Il s’il se tournait vers elle ? Et s’il lui souriait ? Et s’il lui demandait de faire un check avec lui ? Et s’il venait la voir ? Et si…

- Mulan ?

Mulan se tourna vers la voix qui avait ainsi interrompue ses rêveries avec un regard mauvais. Oups, c’était Yasuke. Ce dernier sourit en voyant le bout de visage tout rouge de sa bien-aimée.

- Tu es toute rouge… A quoi tu penses ?

Le regard de l’homme se fit taquin en posant la question. Mulan devint un peu plus rouge et tourna la tête à l’opposé de lui, boudeuse.

- Bon, d’accord. Est-ce que tu m’écoutais au moins ? Oh ! Regarde cette affiche !

Au final, ça n’avait pas été une bonne idée de tourner la tête. Killer Bee-sama s’était encore approché, et il ne faisait toujours pas attention à elle. Bon, d’accord, il n’y avait aucune raison qui aurait pu le pousser à la regarder… et alors ? Elle avait le droit de rêver, non ? Même si Yasuke l’en empêchait un peu. Pour lui faire plaisir et qu’il arrête de l’embêter, Mulan regarda son affiche en hochant vaguement la tête à ses commentaires. Bébeille, elle, continuait de surveiller le jinchuriki. Il n’était plus qu’à quelques mètres d’elle, et ils n’allaient pas tarder à ses croiser. Après avoir vaguement regardé cette affiche sans importance, Mulan reporta son attention sur Killer Bee-sama. C’est alors qu’il fit un truc de dingue : il se tourna vers elle ! (En réalité, c’était juste son frère qui lui montrait l’affiche et, donc, il tournait la tête pour regarder l’affiche.) La ninja, sous le choc, trébucha. Yasuke, lui, regardait méchamment cet homme qui avait toute l’attention de la femme qu’il aimait. Le ninja était jaloux du jinchuriki.

Mulan était persuadée que Killer Bee-sama s’était retourné rien que pour la regarder. Il allait donc la saluer et tout ? Elle en avait la tête qui tournait et ne se rendait même pas compte qu’elle tombait. Killer Bee était juste à côté d’elle, la femme était entre Yasuke et Bee. Ce dernier eut de meilleurs réflexes que Yasuke et rattrapa la blonde – à bien noter que c’est juste un réflexe ! – qui se retrouva donc "dans les bras" de celui qui lui faisait tourner la tête. Comme dans un rêve, il lui demanda si ça allait tout en rappant. Par la même occasion, il fit des gestes de rap avec sa main libre et la ninja crut qu’il allait enlever son voile, puis qu’il allait, qu’il allait… poser ses lèvres sur les siennes ! L’embrasser ! Puis ensuite ce serait l’acte amoureux et le mariage ! Houlà, il faisait si chaud, un vrai sauna ! C’en était trop pour elle, Mulan s’évanouit et le jinchuriki ne comprit pas ce qui se passait ? Tout ça s’était déroulé en quelques secondes à peine et la femme n’avait rien dit – même si elle était soudainement devenue plus rouge qu’une tomate bien mûre. Yasuke, horriblement jaloux, récupéra sa compagne et la prit dans ses bras en continuant de foudroyer son rival du regard.

Yasuke s’éloigna en rageant de ce sale type puis alla dans un coin plus calme. Une fois loin de ce sale jinchuriki, il s’assit sur un banc et allongea Mulan dessus de façon à ce que sa tête soit sur ses genoux. L’homme se calma peu à peu et se demanda si celle qu’il aimait n’était pas amoureuse de Killer Bee. La blonde ouvrit les yeux et regarda Yasuke comme si elle revenait de loin. Elle semblait sur un petit nuage. Etait-ce parce que Killer Bee lui avait attrapé le bras pour l’empêcher de se casser la figure, tout ça par réflexe ? Le jounin serra les poings et les dents tout en fronçant les sourcils. Sous son voile, Mulan se mit à sourire comme si elle était au paradis, toujours en regardant Yasuke droit dans les yeux.

- Je t’aime.

Jamais je jounin ne s’était senti aussi soulagé. Pourtant, Mulan n’avait dit ses paroles que parce qu’elle était toujours dans ses fantasmes. Aussi, ce "je t’aime" n’était pas destiné à Yasuke. Mais ce dernier se sentit tout de même rassuré et fit taire ses soupçons. Il se mit à rire, et la ninja ne comprit pas pourquoi. Cependant, c’était le début de la fin pour ce couple. Un jour, le ninja se rendrait compte qu’il ne servait que de substitut à une personne qu’il n’avait jamais réellement apprécié parce qu’elle était orgueilleuse malgré le démon qui était en elle. Cette personne ? Killer Bee ! Qui voulez-vous que ce soit d’autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-anthesis.forumh.net/
Kaosuhewa Mulan
avatar
Messages : 42
Date d'inscription : 01/07/2013
Age : 77
Localisation : En route pour le Pays du Fer

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
500/500  (500/500)
Rang: Jounin Jounin
MessageSujet: Re: [Kumo] Kaosuhewa Mulan   Jeu 4 Juil - 10:21
Je sais pas ce que vous avez fait avec le forum mais ça bug à mort ! Oo

Bref, j'étais validée avec le diplôme jounin et autorisation de faire un personnage kage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bleach-anthesis.forumh.net/
Yakushi Kabuto1
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 03/07/2013

Feuille de personnage
Santé:
300/300  (300/300)
Chakra:
550/550  (550/550)
Rang: Leader Leader
MessageSujet: Re: [Kumo] Kaosuhewa Mulan   Jeu 11 Juil - 15:43
Hé béh, effectivement, ça bug bien par ici '-' T'essayerais pas de faire couler le forum par hasard? A moins que t'ai divisé quelque chose par zéro dans ton code ? '-'

Bref, passons à la fiche, parce qu'on est pas là pour glandouiller! Sasori et moi avons corrigés cette fiche et le peu qu'on puisse dire, c'est que le diplôme que nous t'avons donné est amplement mérité! Très belle plume (ou plutôt beau clavier What a Face) pour un personnage haut en couleur! Voilà donc le résultat:

Citation :
Orthographe: Excellent
Niveau RP: Excellent
Effort: Bon (72 lignes)

Tu repars donc avec ton diplôme Jounin (avec la possibilité de jouer des personnages Kage) qui te vaut 800 points. De plus, ton test RP te rapporte 220 points supplémentaire. Voilà donc 1020 points RPG pour toi, à prendre ou à laisser! (sachant qu'il reste 1 million et une fourchette dans les autres boites!).

Tu peux dès à présent poster ta candidature pour cette jolie fangirl de Killer B Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [Kumo] Kaosuhewa Mulan   
Revenir en haut Aller en bas
 

[Kumo] Kaosuhewa Mulan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Kumo] Kaosuhewa Mulan
» CK005 : Tournoi Chuunin, partie de Kumo
» Armurerie de Kumo
» CK002 - Les Herboristes de Kumo [1]
» Au Sud de Kumo - La Demeure des Toshiya

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Unleash the Bijuu :: "°o.O Le Forum O.o°" :: Introduction :: Règles du RP :: 3. Tout sur les personnages inventés :: Archives-